Prélèvement à la source : Macron "a peur de la réforme", lance Sapin

Prélèvement à la source : Macron "a peur de la réforme", lance Sapin
Michel Sapin au Fonds monétaire international, le 22 avril 2017 à Washington (archive)

, publié le vendredi 31 août 2018 à 10h30

Vendredi 31 août, l'ex-ministre de l'Économie est revenu sur le coup de frein amorcé la veille par le président de la République dans la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source. Jeudi, le chef de l'État a laissé planer le doute sur une instauration dès janvier prochain.

Michel Sapin en est convaincu : Emmanuel Macron "raconte des histoires" au sujet du changement de méthode de versement de l'impôt sur le revenu.

Invité de la matinale de France Info vendredi, l'ancien ministre socialiste a laissé entendre que le locataire de l'Élysée avait déjà pris la décision de reporter la réforme. "Je ne veux pas être désagréable avec le président de la République mais il raconte des histoires. Il connaît parfaitement toutes les réponses aux questions posées", a-t-il lancé au micro de la station. La veille, le chef de l'État avait indiqué attendre "des réponses précises" avant de décider si l'impôt sera prélevé à la source sur les fiches de paie de 2019.



Pour Michel Sapin, Emmanuel Macron a tout simplement "peur de la réforme". "Je croyais que c'était un président qui avait été élu sur le terme de la réforme", a-t-il taclé. "Ce que je crains, c'est qu'à force d'avoir peur de réformer, le président de la République finisse par faire peur aux Français", a ironisé l'ancien ministre sous la présidence de François Hollande.



Ces derniers jours, le prélèvement à la source a suscité de nombreux couacs au sein de la majorité. À quatre mois de son instauration supposée, le Premier ministre Edouard Philippe a promis de faire "le point" d'ici quelques semaines, contredisant le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, qui ne cesse de répéter que la mesure entrera bien en vigueur le 1er janvier prochain.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.