Prélèvement à la source : Emmanuel Macron préférerait la mensualisation obligatoire

Prélèvement à la source : Emmanuel Macron préférerait la mensualisation obligatoire
Emmanuel Macron en Finlande, à Helsinki, le 30 août

Orange avec AFP, publié le mardi 04 septembre 2018 à 13h55

Alors qu'il doit trancher ce mardi sur l'instauration ou non du prélèvement de l'impôt à la source en janvier 2019, le chef de l'État pourrait opter pour une solution intermédiaire.

La retenue de l'impôt à la source verra-t-elle le jour ? La décision sur sa mise en place, ou pas, à partir du 1er janvier 2019 sera annoncée "d'ici la fin de la journée", a indiqué mardi 4 septembre l'Élysée. Emmanuel Macron a "demandé des clarifications et identifié des améliorations possibles" au cours d'une réunion qui s'est tenue dans la matinée à l'Elysée avec le Premier Edouard Philippe et le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin.



"Brûler un capital politique"

Selon plusieurs médias, dont France Info, Emmanuel Macron se dirigerait vers un entre-deux : la mensualisation obligatoire.

Cette option aurait l'avantage de laisser du temps avant la mise en place du prélèvement à la source, tout en n'enterrant pas totalement la réforme fiscale. En visite dans la Mayenne lundi 3 septembre pour la rentrée scolaire, le président a confié sa crainte des erreurs dans le calcul de l'impôt. "Imaginez qu'il y ait 100.000 bugs, avec cela on peut brûler un capital politique !", aurait-il lancé à des élus locaux.



"Il nous a dit que (...) ceux qui le poussent à faire la réforme ne seront peut-être pas là demain pour le défendre", a relaté le député UDI Yannick Favennec au micro d'Europe1. "Je lui ai dit : 'À ce moment là, pourquoi vous ne rendez pas obligatoire la mensualisation ?' Il nous a dit que c'était peut-être une des portes de sortie", a rapporté l'élu.

Mardi soir, le chef du gouvernement Edouard Philippe sera l'invité du 20 heures de TF1 pour commenter les décisions prises concernant la réforme fiscale et le remaniement au sein de l'exécutif.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.