Pour lutter contre l'"insécurité alimentaire", Jean-Luc Mélenchon veut instaurer des "petits prix bloqués" sur cinq fruits et légumes

Pour lutter contre l'"insécurité alimentaire", Jean-Luc Mélenchon veut instaurer des "petits prix bloqués" sur cinq fruits et légumes
Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à l'Assemblée, le 7 septembre 2021.

publié le samedi 18 septembre 2021 à 10h40

Le leader des Insoumis propose également d'instaurer des prix garantis aux paysans et de donner la priorité aux cultures vivrières. 

Alors que "le pays est en état d'insécurité alimentaire collective" et qu'"un Français sur cinq se prive de repas dans la journée", le candidat insoumis à l'élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon souhaite faire voter une "loi de sécurité alimentaire" incluant "cinq fruits et légumes à petits prix bloqués".



"La pandémie a rompu les chaînes d'approvisionnement et fait exploser les prix. Or 50 % des fruits et légumes par exemple sont importés", a souligné le président du groupe des députés France insoumise dans un entretien à Libération publié vendredi 17 septembre, déplorant que "huit millions de personnes (aillent) à l'aide alimentaire, parmi eux 30 % de gosses et 50 % de femmes".

Pour remédier à cette situation, Jean-Luc Mélenchon souhaite instaurer une "loi de sécurité alimentaire". Celle-ci proposerait notamment "cinq fruits et légumes à petits prix bloqués", "100% de l'alimentation collective en cantine scolaire bio et objectif 100% végétarien", ou encore "un prix garanti aux paysans et qu'on ne puisse pas le multiplier au-delà d'un seuil", pour "éviter que les grandes surfaces fassent 40% de marge sur les pâtes par exemple".



Cette loi interdirait également les "fermes-usines" au profit des "cultures vivrières": "Réservons des surfaces prises aux grandes exploitations pour y installer des jeunes agriculteurs qui feront de la production vivrière. Et gelons leurs dettes pour ceux qui passent au 100 % bio", propose le leader des Insoumis. 

Interrogé sur la dimension potentiellement autoritaire de ces mesures, Jean-Luc Mélenchon a argué : "Je ne connais pas un parent qui ne veut pas faire attention à ce que son enfant mange. Mais les gens ont-ils le choix ? On mange mal parce que c'est moins cher. Pourquoi dire 'vous voulez tout interdire' ? On veut juste sauver la santé de nos gosses".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.