Pour le patron du Medef, la réforme des retraites est "morte et enterrée"

Pour le patron du Medef, la réforme des retraites est "morte et enterrée"
Geoffroy Roux de Bézieux, en octobre 2020, à Paris

, publié le lundi 15 mars 2021 à 11h30

Pour Geoffroy Roux de Bézieux, "il faut changer de perspective" sur le dossier des retraites, mis à l'arrêt par la crise sanitaire.

"Les esprits ne sont pas prêts". Quelques heures avant que Jean Castex ne réunissent syndicats et patronat à Matignon pour esquisser les contours d'une stratégie de sortie de crise du Covid-19, Geoffroy Roux de Bézieux a livré un avis sans détour sur la réforme des retraites défendue par l'exécutif, qui selon lui à connu un coup d'arrêt définitif sous sa forme actuelle. 

"La réforme qui a été proposée, mal expliquée et mal préparée depuis le début du quinquennat, elle est morte et enterrée, parce que les esprits ne sont pas prêts", a déclaré le patron du Medef à l'antenne de franceinfo, lundi 15 mars.

"N'en tirons pas la conclusion qu'il n'y a pas de problème sur les retraites et qu'il faut pas réformer le système", ajoute t-il toutefois. "Les Français ont compris que le système n'était pas pérenne, que la retraite par répartition dans une démographie qui se réduit posait un problème. Donc il faut faire quelque chose!", estime t-il, appelant à "changer de perspective".

A l'occasion de la "conférence du dialogue social" prévue lundi 15 mars, le gouvernement souhaite élaborer avec les partenaires sociaux une "méthode pour à la fois travailler sur les scénarios de levée de restrictions sanitaires" et "trouver le bon calendrier, le bon dosage" pour "travailler au débranchement progressif des aides" à l'économie. L'exécutif devrait ainsi faire connaître son arbitrage sur la durée et les conditions de la prolongation au-delà de fin mars des aides exceptionnelles à l'embauche des jeunes et au recrutement d'alternants qui ont permis d'éviter un effondrement de l'emploi des jeunes. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.