Pour Laurent Wauquiez, les agents Pôle Emploi conseillent aux chômeurs de "profiter de la vie"

Pour Laurent Wauquiez, les agents Pôle Emploi conseillent aux chômeurs de "profiter de la vie"
Laurent Wauquiez le 30 septembre 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 26 octobre 2017 à 18h10

POLITIQUE. Le candidat à la présidence des Républicains a livré mercredi à Mandelieu-la-Napoule un discours très à droite et fustigé une nouvelle fois les chômeurs.

Après la polémique déclenchée par Christophe Castaner, selon qui certains chômeurs pensent pouvoir "bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances", Laurent Wauquiez y est également allé de sa petite phrase.



Candidat à la présidence des Républicains, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a tenu son premier meeting de campagne mercredi 25 octobre à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes). Il a présenté les thèmes chers à la droite de la droite dont il s'est fait le porte-voix, se présentant en défenseur de "la majorité silencieuse" et critiquant les "élites", rapporte Le Figaro.

Il a notamment évoqué un thème récurrent, celui de "l'assistanat". "Celui qui travaille dur pour nourrir sa famille, payer sa maison et son essence est parfois moins payé que celui qui vit des allocations de l'assistanat", a dénoncé le vice-président LR, qui avait déjà fustigé en 2011 "le cancer de l'assistanat". "Et j'ai vu, j'ai vu tout ce qui nous fait enrager en silence, a-t-il également dit, rapporte Le Lab d'Europe 1. (...) J'ai vu ces situations qui nous révoltent, où un demandeur d'emploi pousse la porte de Pôle emploi pour trouver un emploi et on lui répond : 'vous avez deux ans d'assistance chômage, ne vous pressez pas. Profitez un peu de la vie'. Parce que cela, c'est la réalité".

Comme le rappelle le site d'information, l'ex-secrétaire d'État à l'Emploi (2008-2010) n'a pas toujours été aussi vindicatif à l'encontre de Pôle Emploi. "Il faut qu'on arrête de faire du Pôle emploi bashing. C'est trop facile de critiquer les agents", déplorait-il notamment en 2009 dans les colonnes de La Tribune.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.