Pour Jean-Pierre Raffarin, "le problème d'Emmanuel Macron, c'est son parti"

Pour Jean-Pierre Raffarin, "le problème d'Emmanuel Macron, c'est son parti"
Jean-Pierre Raffarin, le 5 juillet 2017, à Paris.

publié le mardi 22 juin 2021 à 12h34

Commentant les résultats des élections régionales, l'ancien Premier ministre a estimé mardi matin sur franceinfo que le "président de la République a un vrai leadership, mais n'a pas de parti", contrairement aux Républicains qui "ont une implantation territoriale, mais un leadership difficile à établir".

Eliminées dans les Hauts-de-France, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Occitanie, à peine à plus de 10% dans les autres régions... Les listes de La République en marche et de ses alliés ont connu une sévère déroute lors du premier tour des élections régionales. De quoi remettre en cause sa participation, et victoire, à la présidentielle de 2022 ? "Le président n'est pas en mauvaise situation", a estimé mardi 22 juin sur franceinfo Jean-Pierre Raffarin. "Si vous comparez par rapport à Hollande à la même période, par rapport à Sarkozy, il est plutôt en bonne position, mais son parti est d'une extrême faiblesse", a cependant souligné l'ancien Premier ministre. 



"Le problème du président, c'est son parti.

Ce qui est amusant, c'est que chez Les Républicains, leur problème c'est leur leader", a ajouté l'ancien sénateur LR. "Les problèmes sont complètement inversés. Aujourd'hui, Les Républicains ont une implantation territoriale, mais un leadership difficile à établir", a-t-il insisté. 

"Le président de la République a un vrai leadership, mais il n'a pas de parti", a répété Jean-Pierre Raffarin. "Giscard, comme Macron, ont montré qu'on pouvait gagner sans parti. Mais je crois qu'on ne peut pas gouverner et on ne peut pas être réélu sans parti", a-t-il ajouté. 

Si les élections prévues en 2022 avaient lieu demain, "la probabilité selon laquelle monsieur Macron serait réélu est très forte, mais je ne le vois pas gagner des législatives", a notamment estimé cette figure de la droite, prenant l'exemple de François Mitterrand et du général de Gaulle, qui "ont eu une voix de majorité" lors de leur seconde élection. "Cet effet 'vague' derrière l'élection présidentielle pour les députés, ça marche la première fois, ça ne marche pas la deuxième fois." 

Jean-Pierre Raffarin a ainsi jugé qu'Emmanuel Macron pouvait "gagner la présidentielle, mais pour les législatives, il faut qu'il prenne des initiatives".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.