Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûterait "entre 10 et 15 centimes"

Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûterait "entre 10 et 15 centimes"
Jean-François Copé, le 7 juillet, à La Rochelle

, publié le lundi 24 octobre 2016 à 09h35

Dans le pétrin. Jean-François Copé a été légèrement pris de court lors de son passage sur Europe 1, ce lundi matin, sur une question pour le moins insolite ayant pour sujet...

le tarif d'un pain au chocolat. La petite question n'était pas choisie au hasard : en octobre 2012, l'actuel candidat à la primaire de la droite et du centre s'était fait remarquer en l'exemple de la viennoiserie pour illustrer ses développements autour de sa "droite décomplexée" et du "racisme anti-blanc". Celui qui était à l'époque candidat à la présidence de l'UMP avait évoqué le cas d'un jeune qui se serait fait "arracher son pain au chocolat par des voyous" au motif "qu'on ne mange pas au ramadan", expression qui avait déclenché une vive polémique.

Interrogé ce lundi près de quatre ans après cet épisode, Jean-François Copé a paru un peu rouillé au moment de revenir sur le thème du pain au chocolat. "Combien coûte un pain au chocolat?", lui a t-on demandé. "J'en ai aucune idée!", a confessé le maire de Meaux, visiblement décontenancé par la question. Ce dernier a toutefois tenté une esquisse de réponse, "ça dépend des tailles, je pense que ça doit être autour de 10 ou 15 centimes d'euros...", a t-il lancé, avant que son interlocuteur ne lui indique le prix réel, bien supérieur.


Après cette estimation maladroite, Jean-François Copé s'en est sorti sur une pirouette, rebondissant sur une des "grands débats" d'ordre sémantique de l'Hexagone : doit-on employer le terme "pain au chocolat", majoritairement utilisé, ou "chocolatine", en vigueur dans le sud-ouest du pays? "Comme je suis en campagne électorale, je ne voudrais pas que ceux qui habitent dans des régions où dit 'chocolatine' pensent que je les ai oubliés", a t-il lancé sur le ton de l'humour.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.