Pour Henri Guaino, le maintien de Fillon est "une folie pour la droite"

Pour Henri Guaino, le maintien de Fillon est "une folie pour la droite"
Henri Guaino à l'Assemblée nationale, le 15 juin 2016.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 18 février 2017 à 12h35

VIDÉO - Henri Guaino poursuit sa charge contre François Fillon. Invité de France Info samedi 18 février, le député Les Républicains (LR) des Yvelines a affirmé que le maintien de la candidature de l'ex-Premier ministre était "une folie" pour sa famille politique.



Pour ce proche de Nicolas Sarkozy, l'attitude de François Fillon n'est "pas raisonnable". Embourbé dans l'affaire du "Penelopegate", le porte-étendard de la droite dans la course à l'Élysée ferait mieux de se résigner et de laisser sa place, estime Henri Guaino, lui-même candidat à la présidentielle, en recherche de ses 500 parrainages.



L'obstination dont fait preuve François Fillon est un "mauvais coup porté aux institutions", assure l'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy. "C'est l'assurance que le rendez-vous des présidentielles soit manqué."

"Regardez les circonstances politiques, regardez les dégâts politiques de cette affaire !", a encore déploré Henri Guaino. "Comment voulez-vous défendre un programme - qui plus est un programme qui demande des sacrifices aux Français -, alors que vous vous trouvez vous-même dans cette situation ?", a-t-il tranché.

- UNE CAMPAGNE "IMPOSSIBLE" -

"Je crois que ça n'est pas raisonnable de vouloir persévérer dans une campagne qu'il est impossible de conduire", a jugé Henri Guaino. Plus tôt dans la semaine, François Fillon avait annoncé qu'il maintiendrait sa candidature et irait jusqu'au bout de la course, même en cas de mise en examen, contrairement à ce qu'il avait déclaré jusqu'à présent.



Le gagnant de la primaire de droite avait ainsi déclaré jeudi : "Plus on s'approche de la date de l'élection présidentielle, plus il serait scandaleux de priver la droite et le centre d'un candidat". "Je m'en remets désormais au suffrage universel", avait-il prévenu.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU