Positif au Covid-19, François Asselineau ne participera pas aux manifestations contre le pass sanitaire

Positif au Covid-19, François Asselineau ne participera pas aux manifestations contre le pass sanitaire
François Asselineau manifeste contre le pass sanitaire à Paris le 22 juillet 2021.

publié le vendredi 30 juillet 2021 à 15h15

Non vacciné, le président du parti pro-Frexit UPR assure qu'il se ferait vacciner "si nécessaire, le moment venu", quand il aura "le choix avec le vaccin russe, chinois, français", mais ne veut pas être "un cobaye" avec les sérums homologués dans l'Union européenne.

Imposé depuis le 21 juillet dans les lieux culturels et de loisirs rassemblant plus de 50 personnes, avant son extension le 9 août aux restaurants, bars, établissements médicaux, avions ou trains et autocars pour les longs trajets, le pass sanitaire continue de faire polémique. Samedi 31 juillet, de nouvelles manifestations devraient rassembler des milliers de Français samedi 31 juillet un peu partout en France. Mais pas François Asselineau.



Opposant au pass sanitaire, le président du parti pro-Frexit UPR (Union populaire républicaine) a en effet indiqué vendredi qu'il était positif au Covid-19, ce qui l'empêche de manifester à Paris, comme il l'avait fait la semaine précédente. "J'ai été testé positif à la Covid-19 lundi" après avoir commencé à avoir des "courbatures, de la fièvre et a toussé au cours de la journée de dimanche", a expliqué le candidat à la présidentielle de 2022 (0,92% des voix en 2017) dans une vidéo postée sur le site de son parti.

François Asselineau a raconté s'être depuis procuré de l'ivermectine et de l'hydroxychloroquine, "fabriquée en Chine", "des traitements que Messieurs Véran et Macron interdisent aux Français mais qu'ils sont les premiers à prendre". Selon lui, l'effet de ces médicaments a permis de faire baisser sa température en quelques jours, de "38-39°C (...) à 37,5°C". 

Plusieurs personnalités "covido-sceptiques", dont Francis Lalanne, estiment que l'hydroxychloroquine, l'ivermectine ou l'azithromycine permettent de guérir "très rapidement" du Covid-19 - une affirmation contredite par l'OMS et plusieurs études scientifiques à ce stade. "Le Covid est une maladie qui ressemble à une grippe assez bénigne", a une nouvelle fois dit François Asselineau, répétant que, pour lui, "on a énormément gonflé la gravité de ce variant Delta. 

Non vacciné, le sexagénaire a assuré qu'il se ferait vacciner "si nécessaire, le moment venu", quand il aura "le choix avec le vaccin russe, chinois, français", mais dit ne pas souhaiter être "un cobaye" avec les sérums homologués dans l'Union européenne. "Chacun doit réfléchir en son âme et conscience ce qu'il souhaite sur son propre corps sachant qu'il y a encore beaucoup d'incertitudes sur tous ces vaccins", a-t-il fait valoir.

S'il ne peut manifester, le politique a appelé les Français "à descendre dans la rue pour manifester (...) pour le libre choix vaccinal et surtout contre le pass sanitaire, (qui est) absurde, injuste et totalement liberticide."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.