Piscine, vaisselle, "Manu"... Emmanuel Macron a conscience de son "problème d'image"

Piscine, vaisselle, "Manu"... Emmanuel Macron a conscience de son "problème d'image"
Emmanuel Macron devant le Congrès de Versailles, le 9 juillet 2018.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 11 juillet 2018 à 18h10

Si le chef de l'Etat a conscience que les différentes polémiques ont dégradé son image, il assume certaines d'entre elles.

À chaque semaine sa petite polémique dans le monde politique. Et Emmanuel Macron est loin d'être épargné.

Après la piscine de Brégançon, la vaisselle de l'Elysée ou encore le "pognon de dingue", le chef de l'Etat a déclaré qu'il était conscient de son "problème d'image", révèle le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 11 juillet.

Une prise de conscience exprimée avant son discours devant les parlementaires réunis en congrès à Versailles, lundi 9 juillet, où le chef de l'Etat était venu dresser le bilan de sa première année au pouvoir. "J'entends et je vois les alertes. C'est à cela que je veux répondre", a déclaré Emmanuel Macron à ses interlocuteurs, selon l'hebdomadaire satirique.

"Il y a eu trop de cartes postales au cours de la dernière période", a reconnu Emmanuel Macron. Les cartes postales en question ? La "piscine de Brégançon" et "la vaisselle de l'Elysée", entre autres, des "micro-sujets qui se sont emballés" et qui ont fabriqué "le thème du président des riches", a rajouté le chef de l'Etat.





Emmanuel Macron est également revenu sur la vidéo polémique où il s'emporte, face à ses collaborateurs, sur les aides sociales qui coûtent un "pognon de dingue". Pour le chef de l'Etat, la faute revient au service presse de l'Elysée qui n'a "pas totalement maîtrisé la vidéo", rapporte le Canard enchaîné.



"Ces critiques sont-elles liées à ma personne ? Ou plutôt à l'époque dans laquelle nous vivons ?"

Le président élu aurait tout de même un peu de mal avec la polémique sur l'installation d'une piscine au Fort de Brégançon, le lieu officiel de villégiature des présidents français : "On a oublié que Rocard avait fait construire, dans l'indifférence générale, un court de tennis et une piscine à la résidence de la Lanterne (Versailles)", a déploré Emmanuel Macron.

"Ces critiques sont-elles liées à ma personne ? Ou plutôt à l'époque dans laquelle nous vivons, avec l'importance prise par les chaînes d'info, les réseaux sociaux et une opinion publique qui ne tolère plus rien des politiques ?", s'est-il interrogé.

En revanche, le chef de l'Etat assumerait plusieurs de ses casseroles, comme le recadrage de l'adolescent qui l'avait appelé "Manu", le 18 juin au Mont-Valérien, ou encore la venue d'artistes transgenres à l'Elysée pour la Fête de la musique, le 21 juin, détaille le Canard enchaîné.



"J'ai braqué une partie de l'électorat conservateur, mais j'ai aussi démontré que l'Elysée était ouvert aux autres types de musique", a expliqué Emmanuel Macron à propos de cette soirée.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU