Philippe Poutou veut une "radicalisation de la contestation politique"

Philippe Poutou veut une "radicalisation de la contestation politique"
L'ancien candidat NPA à la présidentielle, Philippe Poutou, le 14 avril 2017 à Lille.

Orange avec AFP, publié le lundi 07 mai 2018 à 10h38

Dans un entretien accordé au quotidien La Marseillaise, Philippe Poutou appelle à une "radicalisation de la contestation politique" envers Emmanuel Macron.

"Stopper Macron, c'est aussi une question de rapports de force", explique l'ancien candidat NPA à l'élection présidentielle dans cette interview publiée ce lundi 7 mai. "C'est l'histoire d'un mouvement social qui est à reconstruire pour pouvoir transformer radicalement la société. Comme en 1936 et en 1968, il faut organiser une radicalisation de la contestation politique", poursuit-il.

"Notre camp est beaucoup trop gentil"

Selon lui, "la polémique née de l'attitude des black blocks durant les récentes manifestations traduit une colère forte qui n'obtient pas les réponses attendues" alors que "les grosses manifestations sont réprimées".



Il avait d'ailleurs estimé que les heurts et dégradations survenus en marge de la manifestation syndicale du 1er mai à Paris étaient la traduction d'une "violence légitime" et "semée", selon lui, par le gouvernement. Son parti avait néanmoins nuancé ce message, affirmant "ne pas partager la politique des groupes autonomes".



La "casse" sociale "se fait avec une violence inouïe", dénonce-t-il et "notre camp est beaucoup trop gentil, trop résigné. Pour faire tomber cette saloperie de système, on ne peut pas réagir avec les seuls Fête à Macron et autres belles manifs, même si ces leviers sont nécessaires", estime Philippe Poutou au lendemain de la manifestation "la fête à Macron", à laquelle il a participé. 

"Il faut travailler à la construction d'une unité politique, syndicale et associative", ajoute-t-il, estimant que le "rendez-vous unitaire du 26 mai est une bonne chose" dans cette perspective.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU