Penelope Fillon n'avait ni boîte mail ni badge d'accès à l'Assemblée nationale

Penelope Fillon n'avait ni boîte mail ni badge d'accès à l'Assemblée nationale
Penelope et François Fillon, le 29 janvier 2017, à Paris

Orange avec AFP, publié le mardi 31 janvier 2017 à 15h35

Des policiers enquêtant sur la réalité des emplois exercés par l'épouse de François Fillon se sont rendus ce mardi 31 janvier à l'Assemblée nationale pour se faire remettre des documents. Objectif : faire la lumière sur les soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur l'épouse du candidat à la présidentielle, très affaibli par cette affaire.

Selon Le Parisien, la visite des enquêteurs a permis de lever le doute sur plusieurs faits : Penelope Fillon ne disposait d'aucune adresse de messagerie spécifique à l'Assemblée nationale, lorsqu'elle était officiellement assistante parlementaire de son époux, entre 1998 et 2007.

Pas la moindre trace non plus d'un quelconque badge d'accès aux bureaux de l'hémicycle.


La défense de François Fillon a rapidement apporté ses justifications : "De nombreux assistants parlementaires venant de province ne disposent pas de badge. Penelope Fillon est loin d'être la seule dans ce cas. Quant à la messagerie électronique, elle n'en avait pas... tout simplement parce que la grande majorité des assistants parlementaires n'en ont pas. Ces deux points ne sont donc pas un sujet" a indiqué l'avocat de l'ancien patron de Matignon au Parisien.

Selon des informations avancées par BFMTV, les enquêteurs auraient par ailleurs indiqué ne disposer à ce stade "d'aucune preuve matérielle" de la réalité du poste occupé par Penelope Fillon.

Par le passé, il y a eu six demandes de perquisitions à l'Assemblée sous la Ve République, toujours acceptées par le président.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU