Pécresse gagnante face à Macron : "Les sondages, ça va, ça vient", estime Christian Estrosi

Pécresse gagnante face à Macron : "Les sondages, ça va, ça vient", estime Christian Estrosi
Christian Estrosi à Nice, le 1er décembre 2021.
A lire aussi

publié le mercredi 08 décembre 2021 à 11h41

Christian Estrosi a quitté avec fracas Les Républicains en mai, avant d'annoncer en octobre qu'il soutiendrait le président Emmanuel Macron à la présidentielle.

Christian Estrosi, le maire ex-LR de Nice, a accordé peu de crédit au sondage publié mardi et donnant Valérie Pécresse gagnante au second tour contre Emmanuel Macron. Alors qu'il vient de rejoindre le mouvement d'Édouard Philippe, qui soutient Emmanuel Macron, il a estimé mercredi 8 décembre que ce sondage est "une photo instantanée d'un instant où les Français se préoccupent peu des élections présidentielles", 

"Je pense simplement que, comme le disait Valérie Pécresse elle-même, les sondages ça va, ça vient, c'est comme la queue du chien (...) C'est une photo instantanée d'un instant où les Français se préoccupent peu des élections présidentielles", a jugé Christian Estrosi sur la chaîne de télévision CNews.


Christian Estrosi a quitté avec fracas Les Républicains en mai, avant d'annoncer en octobre qu'il soutiendrait le président Emmanuel Macron à la présidentielle, puis de rejoindre la semaine dernière le parti de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe. Il était interrogé sur un sondage Elabe publié mardi attribuant à Valérie Pécresse, désignée candidate de LR, 20% des intentions de vote au premier tour de la présidentielle et la donnant gagnante face au président sortant au second tour.

Interrogé pour savoir s'il n'était pas temps pour Emmanuel Macron de se déclarer candidat, Christian Estrosi a répondu : "On a besoin de gens qui pensent plus à l'intérêt général de leur pays qu'à leur propre égo".

La présidence de l'Union européenne, que la France assumera au 1er janvier "est un enjeu majeur (...) Je sais qu'Emmanuel Macron a une vision très claire sur ces sujets, et l'intérêt général de notre pays, même s'il devait y perdre quelques points, c'est d'abord de se consacrer à cette responsabilité majeure".

"Je ne sais pas ce que sera le calendrier du président et même s'il sera vraiment candidat, mais j'ai toujours dit que je le soutiendrais s'il est candidat", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.