Paris : Gabriel Attal dénonce le système "délirant" des loyers capitalisés mis en place par Anne Hidalgo

Paris : Gabriel Attal dénonce le système "délirant" des loyers capitalisés mis en place par Anne Hidalgo
Gabriel Attal à Paris, le 4 novembre 2022.

publié le mercredi 23 novembre 2022 à 15h31

Les accusations de Gabriel Attal sont "extrêmement graves et complètement irresponsables", a riposté le président du groupe Paris en commun, majoritaire au Conseil de Paris.

"Honnêtement, ça relève du Ponzi". Le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a comparé mercredi 23 novembre le système des loyers capitalisés de la mairie de Paris à la fameuse fraude financière pyramidale.



"Quand je suis arrivé au ministère du Budget, j'ai découvert qu'il y a avait un système absolument délirant appelé 'loyers capitalisés' qui avait été mis en place de manière dérogatoire à l'époque de François Hollande, négocié avec Anne Hidalgo, qui avait autorisé la Ville de Paris à endetter la Ville en préemptant des logements, en demandant à des bailleurs sociaux de les convertir en logements sociaux en contrepartie, de demander à ces bailleurs sociaux de verser à la ville des décennies de loyers à venir pour que la ville puisse équilibrer son budget de fonctionnement." Selon le ministre, Paris était la seule ville en France a bénéficier d'une dérogation pour permettre ce système.



"Moi, j'ai mis fin à ce système car c'est pas sain.

La réalité, c'est qu'il y a plus d'un milliard d'euros désormais d'endettement en plus pour la ville de Paris lié à ce système. Honnêtement, ça relève du Ponzi", a tranché Gabriel Attal.

Des propos qui ont fait réagir le président du groupe Paris en commun, majoritaire au Conseil de Paris. "Assimiler une inscription budgétaire autorisée pendant des années par les ministres du budget successifs et les services de Bercy à un montage financier illégal, c'est extrêmement grave et complètement irresponsable. Cela ne peut rester sans suite", a répliqué sur Twitter Rémi Féraud.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.