PACA : après sa dernière victoire aux régionales, Renaud Muselier s'est offert... un bateau !

PACA : après sa dernière victoire aux régionales, Renaud Muselier s'est offert... un bateau !©Panoramic (photo d'illustration)
A lire aussi

publié le vendredi 30 juillet 2021 à 16h20

Renaud Muselier a triomphé aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur en juin dernier, battant la liste de Thierry Mariani au second tour. Pour l'occasion, il s'est offert un petit cadeau.

Comme après chaque succès, rapporte Libération.

Le combat a été rude en Provence-Alpes-Côte d'Azur en juin dernier. Le trophée final : rien de plus que les clés de la région. Et après une campagne tendue, Renaud Muselier l'a emporté au second tour face au candidat soutenu par le Rassemblement national, Thierry Mariani. Une victoire 57.3% contre 42.7%, grâce, notamment, au retrait de la liste de gauche. Mais un succès électoral quand même. Et comme à chaque fois qu'il gagne, Renaud Muselier s'est offert une petite récompense. Et pas n'importe laquelle cette fois : un bateau, long de dix mètres, rapporte Libération, le 29 juillet. "J'achète toujours quelque chose quand je gagne", a-t-il expliqué dans le journal. Avant, l'ancien adjoint à la mairie de Marseille s'achetait souvent une moto, une Harley-Davidson. Mais cette fois, il fallait marquer le coup. L'engin s'appelle Furax, comme pour témoigner de semaines difficiles, en amont du vote, pour l'élu Les Républicains.



"Je suis un bâtard, un bâtard indépendant"

La majorité des sondages annonçait une âpre bataille entre lui et Thierry Mariani. En plus, il avait défrayé la chronique en acceptant la main tendue de Jean Castex, proposant le soutien de la liste LREM. Cet acte lui avait valu d'être vilipendé au sein des Républicains, avec une vraie-fausse exclusion et la menace brandie du retrait de sa liste. Dans ce portrait dressé par Libération, le président de la région PACA apparaît toutefois droit dans ses bottes. Et surtout très fier. Dans son bureau, pêle-mêle, on retrouve des Unes de journaux sur sa victoire, des trophées glanés comme ses écharpes de députés ou d'adjoint au maire, des timbres à l'effigie de Jacques Chirac, des ballons de rugby dédicacés ou encore des photos de lui à l'ONU ou dans les arcanes du pouvoir lorsqu'il était secrétaire d'État aux Affaires étrangères, aux côtés de Dominique de Villepin. "Jamais je n'ai pensé perdre. Je suis un chien truffier, ce n'était pas mon feeling de terrain. Dès le premier tour à 20 heures, quand je suis sorti à + 1 , je me suis dit 'put***, j'ai eu raison !' Ça clouait le bec à tous ces conn**** ! Mais je suis un animal politique qui sait faire de la politique", a répondu celui qui a succédé à Christian Estrosi à la tête de la région PACA en 2017.

Et si les médias s'intéressent à des investissements à l'Île Maurice, haut lieu de l'optimisation fiscale ? Il s'en défend et affirme rester dans le cadre de la loi. "J'ai un nom, une histoire, mes parents étaient résistants, ma tante est reine d'Albanie, mais je ne suis pas de la caste. Je suis un bâtard, un bâtard indépendant. Ma liberté, ils me la font payer cash !", rétorque-t-il à Libération. Après ce dernier succès, qui lui a permis de garder son fauteuil en PACA, il a même écrit une note destinée à lui-même sur laquelle on peut lire : "Un chef est fait pour cheffer, alors tâche d'être un bon président, juste et sensible, libre et efficace." Dont acte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.