Ouverture des commerces : l'exécutif appelle Anne Hidalgo à la "responsabilité"

Ouverture des commerces : l'exécutif appelle Anne Hidalgo à la "responsabilité"
Anne Hidalgo à Paris, le 2 novembre 2020.

publié le mardi 03 novembre 2020 à 10h49

La maire de Paris souhaite rouvrir "le plus vite possible" les librairies.

"Nous, nous voulons sauver les Parisiens". Olivier Véran a dénoncer mardi 3 novembre les déclarations et les initiatives de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui souhaite voir rouvrir certains commerces de proximité dans la capitale.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a appelé l'édile à la "responsabilité".

"Quand on met en place le couvre-feu à Paris elle dit 'je veux sauver ma Nuit Blanche', quand on met en place un confinement, elle dit 'il faut sauver les commerçants, les salles de sport', a déploré le ministre de la Santé sur RTL. Nous, nous voulons sauver les Parisiens."


"Anne Hidalgo est aussi présidente du conseil de surveillance des hôpitaux de Paris, donc elle ne peut pas ignorer que toutes les 15 minutes, il y a un malade qui est hospitalisé pour Covid, a expliqué Olivier Véran. Elle ne peut pas ignorer que toutes les trente secondes, il y a un patient qui se contamine."

"Je le dis vraiment aux Parisiennes et aux Parisiens : n'achetez pas sur Amazon. Amazon c'est la mort de nos librairies et de notre vie de quartier", avait déclaré Anne Hidalgo lundi, en soutien à une initiative des libraires pour appeler à la réouverture de ce commerce qui doit rester fermer en raison des restrictions à la vente des biens "non essentiels". "Les Parisiens (...) considèrent vraiment leur librairie comme commerce de proximité, essentiel. Je suis là pour soutenir cette idée, appeler bien sûr à ce que les librairies rouvrent, le plus vite possible", avait-elle ajouté.

Si Olivier Véran estime qu'Anne Hidalgo a "sans doute raison" en ce qui concerne Amazon, il écarte à l'heure actuelle la réouverture des librairies. "Quand vous voyez le nombre de malades qui affluent, je crois que la priorité, c'est la santé", a-t-il tranché.

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lui aussi critiqué mardi l'attitude de la maire de Paris. "J'échangeais hier avec des soignants d'hôpitaux parisiens, ils étaient pour la plupart abasourdis par l'attitude d'Anne Hidalgo ces derniers jours", a expliqué sur BFMTV le secrétaire d'État. "On va atteindre aujourd'hui les 1.000 patients en réanimation dans les hôpitaux franciliens, qui sont en quasi-débordement et on entend depuis quelques jours Madame Hidalgo se préoccuper de la question des commerces, dire: 'il faut tout rouvrir'", a-t-il ajouté.

"Elle est aussi présidente de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, qu'elle aille aussi tenir ce discours aux soignants qui se battent, qui sont débordés et qui ont peur de ne pas pouvoir accueillir tous les patients dans les jours qui viennent", lui a-t-il reproché. "Moi j'entends que des élus aient envie de défendre la vie économique de leur ville (...) mais il faut quand même je pense avoir un peu de responsabilité face à la situation", a-t-il conclu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.