Ouverture de la PMA : le débat qui pourrait diviser le gouvernement

Ouverture de la PMA : le débat qui pourrait diviser le gouvernement
Édouard Philippe, Marlène Schiappa, Gérard Collomb (photomontage)

Orange avec AFP, publié le lundi 18 septembre 2017 à 19h39

ÉCLAIRAGE. L'annonce de la procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes en 2018 faite par Marlène Schiappa a été nuancée au sein même du gouvernement par Agnès Buzyn et Gérard Collomb. De son côté, Gérald Darmanin a assuré qu'il avait "accepté l'idée".



La PMA regroupe les techniques médicales consistant à manipuler spermatozoïdes et/ou ovules pour aboutir à une fécondation et aider un couple infertile ou une femme à avoir un enfant. Elle est exclue pour l'heure aux femmes célibataires et homosexuelles.

Souvent associée au débat sur la PMA, la gestation pour autrui (GPA) est le fait d'avoir recours à une "mère porteuse" qui mettra au monde un enfant pour le compte d'un couple tiers. Elle est interdite en France. "La GPA n'est pas à l'ordre du jour" et ne sera "pas proposée par le gouvernement au cours de ce quinquennat", a rappelé Marlène Schiappa dimanche 17 septembre, précisant qu'elle était contre à titre personnel.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.