"On t'a pas demandé ton avis" : en pleine perquisition, Mélenchon recadre une de ses élues

"On t'a pas demandé ton avis" : en pleine perquisition, Mélenchon recadre une de ses élues
Jean-Luc Mélenchon et Muriel Ressiguier à Montpellier, le 19 février 2014.

Orange avec AFP, publié le jeudi 18 octobre 2018 à 18h47

Bien mal en a pris à cette députée d'essayer de raisonner Jean-Luc Mélenchon.

Quand Jean-Luc Mélenchon pique une colère, même ses collègues peuvent en faire les frais. Et la colère du leader insoumis pendant les perquisitions au siège de son mouvement, mardi 16 octobre, était homérique.

En témoignent les images, tournées par lui même ou par les médias, et qui ont été diffusées massivement ces derniers jours. C'est sur une vidéo de Libération qu'un journaliste de France 5 a relevé que Jean-Luc Mélenchon n'avait pas apprécié les commentaires d'une de ses collègues qui ne cautionnait pas ses agissements.


La scène s'est déroulée alors que Jean-Luc Mélenchon, assisté des députés Adrien Quatennens et Bastien Lachaud, mais aussi d'autres soutiens, essaient d'enfoncer la porte de leurs locaux, gardée par des policiers. "C'est des méthodes de voyou", lance alors l'élue. "Ça va toi, on ne t'a pas demandé ton avis", lui rétorque son président de groupe à l'Assemblée. Pas de quoi démonter la députée, qui réitère ses propos. "Si c'est pour faire ça, c'est pas la peine, hein, répond Jean-Luc Mélenchon. Tu me coupes pas!"

Selon l'entourage du leader de la France insoumise, les propos n'avaient pas été proférés par une élue, mais pas une militante LFI. Toutefois, un cadre du mouvement, également présent sur place, a confirmé "sans le moindre doute" au Figaro qu'il s'agissait de la députée de l'Hérault, Muriel Ressiguier. Contactée par le quotidien, elle n'a pas souhaité s'exprimer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.