Nouvelles pressions pour rapatrier de Syrie les femmes et enfants français

Nouvelles pressions pour rapatrier de Syrie les femmes et enfants français
Frédérique Dumas à l'Assemblée nationale le 28 novembre 2017

, publié le jeudi 04 mars 2021 à 20h30

Des parlementaires et des avocats français ont lancé jeudi des appels au président Emmanuel Macron pour lui demander une nouvelle fois de rapatrier les femmes et les enfants français de jihadistes retenus dans des camps en Syrie, où la situation se dégrade.

"En l'absence de toute perspective de création d'un tribunal international ad hoc, nous appelons les autorités françaises à ne pas laisser nos ressortissants présents dans ces camps échapper à la justice et à les rapatrier en France, seul pays où ils sont judiciarisés, afin qu'ils rendent compte de leurs actes", écrivent quatre parlementaires de gauche et centre-gauche dans une lettre au président de la République.

Les députés Frédérique Dumas et Hubert Julien-Laferrière  et les eurodéputés Sylvie Guillaume et Mounir Satouri sont rentrés mercredi d'un voyage en Syrie, après s'être vus refuser - par les autorités kurdes - l'accès aux camps de réfugiés où sont notamment détenus des ressortissants français. 

Ils sollicitent à présent un entretien avec M. Macron pour "échanger sur ces sujets éminemment importants pour la France".

Lors de leur voyage, ils avaient dénoncé des pressions directement venues de Paris pour les empêcher d'accéder aux camps.

Dans un autre courrier envoyé au chef de l'Etat, les avocats de deux Françaises détenues par les forces kurdes dans le Nord-Est de la Syrie appellent Emmanuel Macron à respecter les injonctions de la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH) et du Défenseur des droits, qui ont aussi appelé à mettre en oeuvre les rapatriements.

Dans cette lettre datée du 3 mars, consultée par l'AFP, Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth demandent "que la France se conforme à la position de ses propres autorités administratives indépendantes".

"Aucune raison ne s'oppose aujourd'hui au rapatriement de nos ressortissants, si ce n'est des considérations d'opportunité qui cèdent devant l'application du droit", estiment-ils.

Quelque 80 femmes françaises, qui avaient rejoint l'Etat islamique, et 200 enfants sont détenus dans les camps kurdes de Syrie.

Jusqu'à présent, Paris a maintenu une politique de retour au cas par cas pour ces enfants - 35, majoritairement des orphelins, ont été rapatriés jusqu'ici - et considère que les adultes devraient être jugés sur place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.