Nouvelle tribune des militaires: Darmanin dénonce "une grossière manoeuvre", la gauche s'inquiète

Chargement en cours
Le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin à l'Elysée à Paris, le 28 avril 2021
Le ministre de l'Intérieur français Gérald Darmanin à l'Elysée à Paris, le 28 avril 2021
1/2
© AFP, GONZALO FUENTES, POOL
A lire aussi

publié le lundi 10 mai 2021 à 10h57

Gérald Darmanin a dénoncé lundi une "grossière manœuvre" et le manque de "courage" de "gens anonymes", face à la publication d'une nouvelle tribune dans Valeurs actuelles de militaires appelant à la "survie" de la France où, selon eux, "la guerre civile couve".

"Il s'agit de gens anonymes. C'est ça le courage ? D'être anonymes ?", a raillé le ministre de l'Intérieur sur RMC/BFMTV, attaquant le texte attribué par l'hebdomadaire à des militaires d'active, moins de trois semaines après la publication d'une première tribune controversée signée par des militaires à la retraite.

"Quelle drôle de société courageuse que celle qui donne la parole à des anonymes. On se croirait sur les réseaux sociaux", a-t-il insisté.

"Je crois savoir que quand on est militaire on ne fait pas ce genre de choses en cachette, à  la petite semaine", a-t-il ajouté, dénonçant une "grossière manœuvre" à l'approche des élections régionales et présidentielle.

Cette tribune, publiée dimanche soir de manière anonyme et sous forme de pétition sur le site de Valeurs actuelles, dénonce notamment "le chaos et la violence" qui frappe le pays. 

"Nous voyons la haine de la France et de son Histoire devenir la norme", affirment les militaires en activité à l'initiative du texte, qui a obtenu plus de 75.000 signatures quelques heures seulement après sa publication.

"Oui, si une guerre civile éclate, l'armée maintiendra l'ordre sur son propre sol, parce qu'on le lui demandera (...) Il ne s'agit pas de prolonger vos mandats ou d'en conquérir d'autres. Il s'agit de la survie de notre pays, de votre pays", précisent les signataires.

Ce texte apparaît moins de trois semaines après une première tribune signée par des militaires, dont une vingtaine de généraux, dénonçant le "délitement" de la France et se disant prêts à "soutenir les politiques" qui œuvreront contre. 

"Quelle est la déontologie ? Comment peut-on laisser penser que l'armée aujourd'hui serait animée par de tels sentiments et par une volonté de mettre en cause les principes mêmes de la République ?", s'est interrogé l'ancien président de la République François Hollande sur France Inter. 

"Il y a maintenant des militaires d'active qui veulent signer une tribune de manière anonyme. Ils sont factieux et lâches. Moi je n'ai pas peur, je dis mon nom et ce que je ferai si je suis élu : purger l'armée de ses membres factieux", a réagit dimanche le candidat de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon.

"Ça m'inquiète", a reconnu le patron du PS Olivier Faure, estimant que la gauche "devait réfléchir à toutes ces menaces".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.