"Nous travaillons à mettre en place le vote à distance", assure Gérald Darmanin

"Nous travaillons à mettre en place le vote à distance", assure Gérald Darmanin
Gérald Darmanin à Paris, le 22 septembre 2021.

publié le mercredi 29 septembre 2021 à 11h05

Le ministre de l'Intérieur s'est toutefois inquiété des risques de pressions exercées sur les votants à distance par la famille, la communauté ou la religion.

Le ministre de l'Intérieur a expliqué mercredi 29 septembre travailler à la mise en place du vote à distance, une mesure qui ne sera pas mise en place pour la présidentielle et les législatives en 2022.

"Le président de la République, dans son programme, a dit qu'il était favorable au vote à distance, a rappelé le ministre sur BFMTV. Donc je travaille sous son autorité à mettre en place le vote à distance", sans préciser clairement s'il s'agit du vote par internet, du vote par correspondance ou des deux.


"C'est une question difficile car on doit vérifier l'identité de la personne qui vote, a-t-il indiqué.

La loi et la Constitution nous enferme dans des dispositions que n'ont pas les pays étrangers. Par exemple on doit voter un dimanche. On ne peut pas le faire sur plusieurs jours. Donc il faut regarder tout ce que l'on doit changer, y compris des réformes constitutionnelles."

"Le vote à distance est techniquement possible", a insisté Gérald Darmanin, et il est lié à "l'identité numérique". Restent les risques de pressions exercées par l'entourage sur les personnes qui voteraient depuis chez elles.

"Personnellement, je suis très attaché au fait que c'est un caractère absolument solitaire, le vote, a toutefois reconnu le ministre. Il ne faut pas que votre mari, que votre curé, que vos enfants, que votre communauté voient ce que vous votez et vous obligent à voter quelque chose."

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.