Notre-Dame-des-Landes : ce qu'il faut retenir du discours d'Édouard Philippe

Notre-Dame-des-Landes : ce qu'il faut retenir du discours d'Édouard Philippe

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et le Premier ministre Édouard Philippe mercredi 17 janvier à l'Élysée.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 17 janvier 2018 à 15h40

VERBATIM. Le Premier ministre a annoncé, mercredi 17 janvier, l'abandon du projet contesté d'aéroport, "les conditions" n'étant "pas réunies" pour le "mener à bien". Il a également confirmé que la ZAD ("zone à défendre") devrait être évacuée, et ce, d'ici le printemps.




Après des années de controverse, six mois de médiation et une ultime consultation, l'exécutif a choisi d'abandonner le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, malgré des décisions de justice et un référendum local favorables, au profit d'un réaménagement de l'actuel aéroport de Nantes.

"Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet de Notre-Dame-des-Landes" qui est devenu "l'aéroport de la division", a estimé Édouard Philippe lors d'une déclaration à la sortie du Conseil des ministres.

S'il a, comme attendu, appelé les "squatters" dans la "zone de non-droit" de la "Zad" à quitter les lieux, le Premier ministre leur a donné "jusqu'au printemps" pour partir "d'eux-mêmes". Dans l'immédiat, Édouard Philippe les a sommés de rendre les routes bloquées "à la libre circulation de tous", faute de quoi les forces de l'ordre "procéderont aux opérations nécessaires".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
29 commentaires - Notre-Dame-des-Landes : ce qu'il faut retenir du discours d'Édouard Philippe
  • peut être que le ministre de l intérieur semble être une statue du musée Grévin mais il est respectueux du lieu et de la nature des faits, hier le même cliché portait Colomb a la place actuelle et de l autre coté à gauche du 1er ministre la hulotte, le sieur Nicolas Hulot, alors lui pendant tout le temps du discours n' a cessé irrespectueusement de regarder le plafond, il devait y compter les mouches négligé, sans cravate, se moquant de tout respect, je l ai trouvé irrespectueux de tout , avec son arrogance légendaire et incompétence, je ne comprends pas pourquoi il n est pas viré
    aujourd'hui j ai de nouveau regardé le reportage et l(on vois Philippe et Colomb à son coté droit comme hier mais la photo a été amputée pour le reportage et hulot a été coupé, il n'apparait plus , son attitude a du choquer comme elle m a choqué, bon vent Hulot on vous a assez vu

  • et toujours le ministre de l'intérieur à ses côtés ! on dirait une statut du musée Grévin !

  • Je pense qu'il partiront après bien des heurts et ils iront s’installer sur d'autres Zad .... on prend les mêmes et on recommence.....merci Macron

  • Une poignee d'irreductibles sont capables de reduire a nean les volontees legitimes de modernisation de nos regions et de notre pays, pas de transportation moderne pour desenclaver la bretagne deux ou trois petits aeroport n'en feront jamais un grand, pareil pour le barrage de sievins, ou des regions en voies de desertification sont condamnees a vegeter exode rurale, disparition des services publics, des ecoles et de toute acitite economique digne de se nom. Affligeant et inquietant pour l'avenir de notre pays et de ses enfants.

  • Et une fois de plus l'exécutif s'assoit sur un référendum!

    Non, pas un référendum, mais une consultation à minima puisque seule la population du département Loire atlantique a été consultée,maintenant on parle que l 'abandon pénalise le grand ouest breton avec 8 millions d'habitants ça fait doucement rigoler.