Notre-Dame- des-Landes Après la zone, des projets à défendre

Libération, publié le lundi 16 avril 2018 à 21h06

L'absence de dialogue et, par voie de conséquence, les affrontements entre zadistes et forces de l'ordre risquent de se poursuivre encore un moment autour de la «zone à défendre» (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes. Les propos d'Emmanuel Macron dimanche soir sur BFM TV et Mediapart, estimant que la «colère» des opposants aux évacuations n'était «pas légitime» et que «tout ce qui devra être évacué le sera», à l'issue d'un nouveau délai de «régularisation» fixé au 23 avril, ne sont pas de nature à apaiser les tensions qui sévissent depuis plus d'une semaine sur ces 1 650 hectares de bocage, dont 1 200 hectares de terres agricoles, devenus au début de la décennie propriété de l'Etat.

Que veut l'Etat à Notre-Dame-des-Landes ?

Lors de son interview télévisée, le…

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.