Noël et Nouvel an : "Tout peut être amené à changer", prévient Olivier Véran

Noël et Nouvel an : "Tout peut être amené à changer", prévient Olivier Véran
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors du point presse du 3 décembre 2020.
A lire aussi

, publié le mercredi 09 décembre 2020 à 07h50

Alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens de contaminations par le Covid-19 était encore de plus de 13.000 mardi, le ministre de la Santé a de nouveau appelé sur LCI au "bon sens et à l'esprit de responsabilité des Français".



Pourra-t-on déconfiner le 15 décembre comme prévu ? Un nouveau Conseil de défense sanitaire est prévu mercredi matin 9 décembre à l'Elysée pour faire le point sur la situation sanitaire et trancher sur les éventuels ajustements. En effet, la situation sanitaire est bien loin de l'objectif des 5.000 cas quotidiens de contaminations par le Covid-19 fixé par Emmanuel Macron pour lever le confinement le 15 décembre, et remplacé par des couvre-feux de 21h à 6h. Mardi, Santé publique France a encore enregistré plus de 13.000 nouveaux cas positifs. Au cours de la semaine écoulée, le nombre de nouveaux tests positifs quotidiens a fluctué entre 3.400 (dimanche, jour où ce chiffre recule en raison de la fermeture de laboratoires) et 14.000. 

Face à cette situation l'exécutif n'exclut pas de modifier ses plans. "Nous sommes sur un plateau", a explique mardi le Premier ministre Jean Castex dans les colonnes du Monde. "Nous aviserons en fonction de l'évolution de ces données. Je garderai toujours la même ligne de conduite : priorité à la prévention et à la sécurité sanitaire de nos concitoyens", a insisté le chef du gouvernement qui doit s'exprimer jeudi.

Le Nouvel an plus menacé que Noël ?

"Aussi bien pour la question du Nouvel an que de Noël, les choses peuvent être amenées à évoluer", a de son côté prévenu Olivier Véran ce mardi soir LCI. "On est en permanence en lutte avec un virus dont l'évolution peut varier d'un jour sur l'autre, d'une semaine sur l'autre. (...) Tout peut être amené à changer et à évoluer en fonction de la donnée épidémique", a ajouté le ministre de la Santé. "On ne peut pas être figés dans un cadre. Ce n'est pas comme si nous étions dans un plan stratégique dont rien ne bougerait quoi qu'il arrive, dans la mesure où l'ennemi que nous combattons est capable de nous mettre en échec", a-t-il poursuivi. 

Olivier Véran a laissé entendre que la menace concernait plutôt le Nouvel an. "Noël n'est pas le Nouvel an. Le Nouvel an n'a pas la même portée culturelle dans notre pays, ça reste un moment festif. Mais nous devons faire encore sans doute plus attention parce que le Nouvel an, contrairement à Noël, c'est souvent des fiestas", a-t-il détaillé. 

Quels scénarios ?

Que pourrait-il se passer alors le 15 décembre ? Selon les différents médias, plusieurs pistes sont envisagées par les autorités : la mise en place d'un couvre-feu plus tôt que prévu, potentiellement dès 17h ou 19h, au lieu de 21h, le maintien de l'attestation de sortie, la mise en place d'un couvre-feu pour le Nouvel an, ou encore la limitation des déplacements entre régions. Cette hypothèse semble à ce stade encore écartée, précise BFMTV. 

Invitée de BFMTV-RMC mercredi matin, la députée LREM Aurore Bergé, également présidente du groupe à l'Assemblée nationale, a par ailleurs confirmé que l'exécutif envisageait de reporter la réouverture des salles de cinéma, théâtres et musées.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.