"Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice" : le drôle d'hommage de la remplaçante de Nicole Bricq

"Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice" : le drôle d'hommage de la remplaçante de Nicole Bricq
L'ex-ministre Nicole Bricq est morte dimanche 6 août (Ici le 24 février 2014 à Paris).

Orange avec AFP, publié le lundi 07 août 2017 à 17h11

POLITIQUE - Sur son blog, Hélène Lipietz explique que la mort de Nicole Bricq est "le pire des scénarios, et pour elle et pour moi".

Nicole Bricq, sénatrice La République en marche de Seine-et-Marne et ex-ministre de François Hollande, est décédée dimanche matin à l'âge de 70 ans des suites d'une chute accidentelle dans un escalier.

Les hommages se sont alors enchaînés, le président Emmanuel Macron saluant notamment "une femme libre, au grand sens de l'État", et son prédécesseur François Hollande, "une passionnée". Celui de sa potentielle remplaçante est nettement moins conventionnel.

Après l'avoir remplacé lors de sa nomination au gouvernement en tant que ministre du Commerce extérieur, de juin 2012 à mars 2014, l'écologiste Hélène Lipietz, quatrième sur la liste d'union de gauche aux élections sénatoriales de Seine-et-Marne en 2011, est logiquement de nouveau appelée à lui succéder jusqu'aux prochaines élections de septembre. Après l'annonce de la mort de Nicole Bricq, elle a publié sur son blog un long texte intitulé : "Nicole est morte, me revoilà peut-être sénatrice... pour 6 semaines". "Le pire des scénarios, et pour elle et pour moi", explique-t-elle en préambule, ainsi que l'a repéré Marianne.

DE SÉNATRICE REMPLAÇANTE À "CUISTOTE-BOUQUINISTE"

"Dès le deuxième paragraphe survient un jeu de mots d'un goût douteux", commente le site de l'hebdomadaire. "La remplaçante de Nicole Bric souligne que cette dernière est décédée 'd'une chute d'une marche, alors que sénatrice d'En Marche, elle avait décidé de ne plus se représenter à 70 ans'", écrit l'avocate membre d'Europe Écologie-Les Verts. Elle n'oublie pour autant pas d'adresser une pensée à "son compagnon dans la vie et en politique", et saluer une "grande sénatrice, première femme à occuper le poste de rapporteure du budget, la fonction la plus prestigieuse pour un parlementaire". Plus loin, elle est bien moins tendre : "À la fin de mon mandat de remplaçante, elle m'a appelée et ce fut notre dernière conversation : elle voulait rester au Sénat pour être un bon petit soldat du socialisme", écrit-elle.

L'avocate explique pour finir qu'elle ne siégera "sans doute pas" d'ici à septembre, puisque la session parlementaire est terminée pour les sénateurs. "Mais pendant 6 semaines j'aurai le plaisir de reprendre le clavier pour répondre aux citoyens-citoyennes comme je l'ai fait pendant 22 mois, laissant de côté ma nouvelle profession, que je n'ai même pas eu le temps de vous présenter : cuistote-bouquiniste :-)", écrit-elle, smiley et lien vers le site internet de son restaurant à l'appui.

DROIT DE RÉPONSE

Un post qui n'a pas plu à tout le monde. "Je crains que vous ne saisissiez pas à quel point votre post est dégueulasse", a notamment commenté un internaute sur son blog. Mais Hélène Lipietz assume totalement en répondant que "tout comme Nicole", elle n'a jamais été une hypocrite. "La mort de Nicole aura, peut-être un impact sur ma vie, dois-je le cacher ? et verser des larmes de crocodile, même en voie de disparition ? Désolée je ne sais pas faire et si vous avez parcouru ce site, vous verrez que je n'ai jamais su faire", explique-t-elle.

"Il n'y a pas de larmes lourdes, puisqu'il n'y a pas de larmes, sauf pour Jean-Paul dont j'ai apprécié l'humour", réplique-t-elle à un autre. "Si je n'avais rien mis, alors que Wikipédia annonçait mon remplacement, ne m'auriez vous pas critiquée aussi ?", l'interroge-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.