"Nicolas Sarkozy veut enterrer la primaire"

"Nicolas Sarkozy veut enterrer la primaire"
Frédéric Lefebvre (LR) a accusé jeudi 5 mai Nicolas Sarkozy de vouloir "enterrer la primaire" à droite.

Orange avec AFP, publié le jeudi 05 mai 2016 à 11h00

Le camp républicain est divisé suite à la décision du bureau politique de renoncer à organiser par voie électronique le vote des Français établis hors de France. Frédéric Lefebvre, lui-même candidat à la primaire, a accusé jeudi Nicolas Sarkozy de vouloir "enterrer la primaire".

"Si Nicolas Sarkozy veut aujourd'hui enterrer la primaire qu'il le dise", a déclaré sur Europe 1 le député des Français d'Amérique du Nord.

"C'est une décision obscurantiste, inadaptée et injuste", a-t-il martelé, en soulignant que "les Français de l'étranger ont droit à être traités à égalité" avec ceux de métropole.

- "Quel est l'intérêt ?" -

"Sur cette question, c'est un déni de démocratie", a affirmé M. Lefebvre, qui s'interroge sur "l'intérêt du président des Républicains derrière cette décision".



Le député LR a réaffirmé qu'il organiserait lui-même "s'il le fallait" le vote "sous contrôle d'huissier".

Mardi, l'instance dirigeante de LR, à la demande du président du parti Nicolas Sarkozy, a décidé d'abandonner le vote électronique au profit d'un vote papier classique pour les 1,2 million de Français de l'étranger. Plusieurs candidats Les Républicains avaient aussitôt dénoncé cette décision d'exclure le vote électronique pour la primaire, arguant qu'elle suppose une élimination du vote des Français de l'étranger.

"La charte des primaires, acceptée par les candidats déclarés et la direction des Républicains, s'impose à tous et aucune modification des règles de vote ne saurait être adoptée sans consultation de la Haute autorité de la primaire. Les Français de l'étranger doivent avoir la possibilité de voter à la primaire dans des conditions qui respectent la spécificité de leur territoire de résidence", a déploré François Fillon.



- 1,2 millions de Français établis hors de France -

Allant dans ce sens, la Haute autorité chargée du bon déroulement de la primaire à droite a contesté ce mercredi 4 mai cette décision prise la veille par le bureau politique des Républicains de renoncer à organiser par voie électronique le vote à ce scrutin des Français établis hors de France.

Soulignant dans un communiqué "les difficultés propres à l'organisation du scrutin" des 22 et 29 novembre "pour les 1,2 million de Français établis hors de France", la Haute autorité rappelle qu'un vote papier pour ces Français n'est pas ce sur quoi "elle a travaillé". Elle "recommande" donc que le bureau politique de LR, instance dirigeante du parti, soit de nouveau saisi "des propositions de modifications de la charte de la primaire permettant un vote effectif des Français établis hors de France".

La Haute autorité, qui a été "saisie par plusieurs candidats à la candidature" sur ce sujet, note que "l'organisation d'un scrutin papier sur le territoire d'Etats étrangers se trouve naturellement contrainte par des règles propres à ceux-ci autant que par des nécessités d'ordre matériel".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.