Nicolas Sarkozy en garde à vue : Ségolène Royal se demande si en 2007 "le match était à armes égales"

Nicolas Sarkozy en garde à vue : Ségolène Royal se demande si en 2007 "le match était à armes égales"
Ségolène Royal le 1er mai 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 21 mars 2018 à 08h02

Dans un tweet publié mardi soir, la candidate malheureuse à l'élection présidentielle de 2007 a commenté la garde à vue de son ancien rival, soupçonné d'avoir illicitement financé sa campagne avec des fonds libyens.

Nicolas Sarkozy était toujours placé en garde à vue mercredi 21 mars dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Les juges s'intéressent à des flux financiers impliquant des protagonistes liés au régime de l'ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. L'intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine affirme notamment avoir versé au camp Sarkozy trois valises contenant 5 millions d'euros en provenance du régime Kadhafi, entre novembre 2006 et début 2007.



Cette garde à vue a fait réagir Ségolène Royal. "Je suis interrogée sur l'affaire de N. Sarkozy. Je voudrais juste dire ceci : malgré des conditions difficiles, la justice avance", a écrit mardi soir la socialiste sur Twitter. "Ma pensée va aux millions de citoyens qui ont le droit de savoir si le match était à armes égales...", a-t-elle ajouté.



L'ancienne ministre de l'Écologie était en effet candidate en 2007. Elle avait échoué au second tour face au candidat de la droite, qui l'avait emporté avec 53,06% des voix. À l'issue de sa garde à vue, susceptible de durer jusqu'à 48 heures, l'ex-président peut être remis en liberté, présenté à un juge en vue d'une éventuelle mise en examen ou convoqué ultérieurement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.