"Ni communistes, ni musulmans" : Jean-Luc Mélenchon dénonce une "tentative de putsch d'extrême-droite" au Capitole

"Ni communistes, ni musulmans" : Jean-Luc Mélenchon dénonce une  "tentative de putsch d'extrême-droite" au Capitole
Jean-Luc Mélenchon, en juin 2020, au Havre

, publié le jeudi 07 janvier 2021 à 11h30

"Le danger pour la démocratie n'est pas là où on le dit", a réagi le leader de la France insoumise, après la déferlante de partisans trumpistes sur le symbole démocratique américain.

L'assaut de partisans de Donald Trump sur le Capitole, mercredi 6 janvier, a engendré un flot de réactions dans la scène politique française. Parmi elles, celle de Jean-Luc Mélenchon, qui a mis en cause l'extrême-droite, appelant à la mettre "hors d'état de nuire".

L'ancien candidat à l'élection présidentielle a également au passage écorché le rôle des Etats-Unis, qui selon lui connaissent désormais sur leur sol des troubles qu'ils favorisent à l'étranger.

"Les USA organisateurs de putsch, truqueurs d'élections, en proie chez eux à leurs propres méthodes. Justice immanente", a commenté le chef de file de la France insoumise.



"Ca s'appelle une tentative de putsch. D'extrême droite. Ni communistes, ni musulmans. Comme en France, le danger pour la démocratie n'est pas là où on le dit", a ensuite ajouté Jean-Luc Mélenchon, sur Twitter, estimant que Donald Trump a transformé les Etats-Unis en "République bananière".

"Ce qui est arrivé à Washington n'est pas américain" avait pour sa part déclaré Emmanuel Macron, dans la nuit. "Nous ne cèderons rien à la violence de quelques-uns qui veulent remettre en cause" la démocratie, a déclaré le président de la République.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.