Ne plus "rêver aérien" : "Personne, chez les écologistes, ne dit qu'il faut tuer l'avion", défend Sandra Regol

Ne plus "rêver aérien" : "Personne, chez les écologistes, ne dit qu'il faut tuer l'avion", défend Sandra Regol
Sandra Regol, secrétaire générale adjointe EELV.

publié le lundi 05 avril 2021 à 17h25

La secrétaire générale adjointe EELV Sandra Regol a réagi à la polémique sur le "rêve aérien", interrogée ce lundi 5 avril sur LCI.

"L'aérien, c'est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d'enfants aujourd'hui." La petite phrase de la maire écologiste de Poitiers, Léonore Moncond'huy, a fait mouche.


Le conseil municipal de Poitiers du 29 mars a voté une baisse de subventions à deux aéroclubs de Poitiers. Lors du débat, la maire Léonore Moncond'huy a dit "assumer" le fait que "l'argent public ne doit plus financer les sports fondés sur la consommation de ressources épuisables", avant d'ajouter ces propos qui font polémique.

Après un week-end de réactions en cascade, Sandra Regol, secrétaire générale adjointe EELV, s'est exprimée ce lundi 5 avril sur LCI.

"Les blagues les meilleures sont les plus courtes, et là, elle commence à être un peu longue", a-t-elle commencé.


"Ca devient une affaire nationale"

"L'écologie, ce n'est pas seulement l'environnement, c'est une dynamique pour la justice sociale et environnementale. Dans cette volonté, sur laquelle a été élue Léonore Moncond'huy, la maire de Poitiers, il y a des engagements concrets - dont celui de respecter le denier public", a rappelé Sandra Regol.

"Ca devient une affaire nationale sur laquelle les ministres montent au créneau. (...) Personne, chez les écologistes, ne dit qu'il faut tuer l'avion, personne ne dit qu'il faut tuer l'industrie. Au contraire, on constate que cette industrie aéro-nautique va mal, que cette industrie tout court, en France, va mal. Ce ne sont certainement pas les 'bonnes pratiques' qui ont mené ces secteurs dans les difficultés dans lesquelles elle se trouve aujourd'hui, avec les licenciements qu'on connaît, qui permettront à ces secteurs d'aller mieux demain, il faut enfin penser autrement", ajouté secrétaire générale adjointe EELV.

"Les rêves, c'est l'intimité"

Invité sur la plateau de BFMTV dimanche 4 avril, l'eurodéputé EELV Yannick Jadot jugeait que "la politique n'a pas à s'intéresser aux rêves des Français".

"Je pense que les rêves, c'est l'intimité", a-t-il déclaré, rappelant qu'il a pu "découvrir une partie de la beauté du monde grâce à l'avion".

Sur le fond cependant, le candidat potentiel à la présidentielle "assume" la décision de la maire écologiste de réduire des subventions à des aéroclubs locaux.

Pour le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, les propos de la maire de Poitiers, "c'est une folie qui est non seulement révoltante mais dangereuse" et "totalement stupide", estimait-il dans l'émission Le Grand Jury de RTL, Le Figaro et LCI.

"Je n'ai aucune envie que la maire de Poitiers, ni que quelque responsable politique que ce soit, et certainement pas les écologistes radicaux, changent les rêves de mes enfants", ajoutait Bruno Le Maire. "Les rêves des enfants français n'appartiennent qu'aux enfants français".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.