"Ne cédez pas à la tentation, restez au maximum chez vous", lance Valérie Pécresse aux Franciliens

"Ne cédez pas à la tentation, restez au maximum chez vous", lance Valérie Pécresse aux Franciliens
La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, le 30 juin 2018 à Menton.

, publié le dimanche 05 avril 2020 à 13h34

Malgré le beau temps, la présidente de la région Île-de-France exhorte les Franciliens à respecter les mesures de confinement, rappelant que la situation restait très tendue dans la région.

Avec les beaux jours, le confinement, mis en place le 17 mars pour freiner l'épidémie de coronavirus, devient plus difficile à vivre, notamment pour tout ceux qui vivent en appartement. En Île-de-France, nombreux sont ceux à s'être promenés ces derniers jours.  Sur Twitter, le directeur général de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, a fait part ce week-end de son inquiétude sur le non-respect des consignes.

"Trop de monde dans les rues, trop de promeneurs, trop de flâneurs", a déploré Martin Hirsch. "C'est les vacances, il fait beau, ne cédez pas à la tentation, restez au maximum chez vous", a exhorté à son tour dimanche 5 avril a présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse. 




"La situation reste très tendue en Île-de-France, notre système de santé est complètement saturé, nous continuons à transférer des malades", a expliqué l'ancienne élue Les Républicains. "Les soignants ont poussé les murs, néanmoins, il faut que nous les aidions, et pour les aider il faut respecter le confinement", a-t-elle rappelé.

"J'appelle tous les habitants de l'Île-de-France à faire preuve d'auto-discipline. Rien ne serait pire qu'un demi-confinement" qui voudrait "dire que tous les efforts, tous les sacrifices auront été vains", a ajouté Mme Pécresse.

L'Île-de-France est l'une des régions les plus sévèrement touchées par l'épidémie. D'après la Direction générale de la santé, plus de 11.200 personnes y sont hospitalisées. En Seine-Saint-Denis, la mortalité a bondi: entre le 21 et le 27 mars, les décès ont augmenté de +63% par rapport à la semaine précédente. Un niveau "exceptionnel", souligné jeudi soir par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Pour comparaison, la hausse atteint 32% à Paris et 47% dans le département voisin du Val-d'Oise.

Ce relâchement ne concerne pas que les Franciliens. Globalement, les Français ont augmenté leurs déplacements ces derniers jours, a noté l'application Covimoov.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.