NDDL : «L'État n'acceptera pas la réoccupation des sites évacués», affirme Philippe

NDDL : «L'État n'acceptera pas la réoccupation des sites évacués», affirme Philippe

«Tous ceux qui ne voudraient pas s'engager dans cette régularisation devront en tirer toutes les conséquences», a déclaré Edouard Philippe. (Capture d'écran)

leparisien.fr, publié le vendredi 13 avril 2018 à 23h03

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, se sont rendus en Loire-Atlantique pour «remercier les gendarmes» qui ont participé aux opérations depuis lundi.

Visite surprise ce vendredi après-midi pour le Premier ministre et son ministre de l'Intérieur. Après l'annonce par la préfète de Loire-Atlantique de la fin des expulsions à Notre-Dame-des-Landes, Édouard Philippe et Gérard Collomb ont décidé de se rendre sur place pour faire un point de situation sur les opérations d'évacuation et «remercier les forces de gendarmerie qui ont procédé aux opérations», selon les mots du chef du gouvernement.

LIRE AUSSI >Notre-Dame-des-Landes : blindés, catapulte et bombes à l'urine, le vrai du faux de la ZAD

Après l'atterrissage de leur avion vers 16 heures à l'aéroport de Nantes, ils se sont aussitôt rendus au poste de commandement de la gendarmerie situé à Saint-Étienne-de-Montluc pour «saluer les personnels qui ont été engagés» dans cette action, a précisé Matignon. Les deux hommes ont été accueillis sur place par le directeur général de la gendarmerie, le général Richard Lizurey, et la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein.

«Notre main reste tendue»Au cours d'un rapide point presse, Édouard Philippe a affirmé qu'une «main restait tendue en direction de ceux qui veulent entrer dans le processus de régularisation». En revanche, «tous ceux qui ne voudraient pas s'engager dans cette régularisation devront en tirer toutes les conséquences.» «Ils ont une dizaine de jours pour le faire», a-t-il rappelé, comme l'a indiqué plus tôt dans la journée Nicole Klein. «L'État n'acceptera par la reconstruction ou la réoccupation des sites qui ont été évacués», a-t-il assuré.

Depuis lundi, 29 squats ont été détruits dans la ZAD. D'après Nicole Klein, les gendarmes vont rester trois semaines à un mois avec un triple objectif : déblayer les parcelles, garantir la libre circulation sur la D281 et la D81 et prévenir toute réoccupation illégale. Le dispositif demeurera «le temps qu'il faudra, avec les forces qui seront nécessaires. En revanche, il n'y aura plus d'expulsion», avait assuré dans la matinée le général Lizurey.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.