Municipales: à Marseille, Samia Ghali candidate "de gauche mais libre"

Municipales: à Marseille, Samia Ghali candidate "de gauche mais libre"
La sénatrice Samia Ghali, le 4 décembre 2019 à Paris

, publié le vendredi 13 décembre 2019 à 16h27

"Je suis de gauche, mais aussi une femme libre": désormais en rupture  avec le PS, la sénatrice Samia Ghali a estimé vendredi être "peut-être la seule candidate à la mairie de Marseille à avoir la capacité à rassembler tout le monde".

"Je veux faire des choix pragmatiques, sans me demander si ce sont des choix de gauche ou de droite", a plaidé l'élue des Bouches-du-Rhône, en présentant "au nom du peuple de Marseille" un programme de 152 "engagements", dont la possibilité de référendums locaux, sur des questions comme la vente du stade Vélodrome à l'OM par exemple.

Parmi ces propositions, certaines pourront séduire à gauche, comme le taux de 25% de logements sociaux dans chacun des huit secteurs de la ville, le permis de louer obligatoire sur toute la ville, les transports gratuits pour les moins de 26 ans et les plus de 65 ans non imposables, ou l'accueil gratuit des élèves de 07H30 à 18H30.

Mme Ghalia a aussi affiché sa volonté de "mettre le paquet" sur la rénovation des écoles et d'en finir avec "les rats, les trous des balles de Kalachnikov dans les murs et les seaux pour récupérer la pluie à travers les plafonds". Elle a aussi mis en avant son ambition de mettre l'environnement au coeur de sa gestion, dans une ville où "la pollution fait 2.600 morts par an", victimes notamment des bateaux de croisière, "ces usines à cancer".

Attachée à un "retour de l'autorité municipale", l'élue a dit aussi viser un doublement de 450 à 900 du nombre de policiers municipaux et le développement de la vidéo-surveillance et du dispositif des "voisins vigilants; et s'est prononcée pour imposer un uniforme à l'école.

S'engageant à faire deux mandats de maire maximum, Mme Ghali s'est dit ouverte à une fusion avec d'autres listes au 2e tour. "Mais je ne suis pas achetable", a-t-elle insisté, répétant également son opposition claire au RN: "Je ne serai pas la responsable de l'élection du Rassemblement national à la ville".

Parmi les autres candidats pour succéder à Jean-Claude Gaudin (LR), qui ne briguera pas un 5e mandat, figurent le sénateur RN Stéphane Ravier, la présidente LR des Bouches-du-Rhône et de la métropole Martine Vassal ou l'ancien président de la faculté d'Aix-Marseille Yvon Berland pour LREM.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.