Engagement et proximité, "première réponse concrète" aux attentes des élus selon Gourault

Engagement et proximité, "première réponse concrète" aux attentes des élus selon Gourault
Jacqueline Gourault le 18 septembre 2019 à Paris

AFP, publié le mardi 08 octobre 2019 à 17h43

Le projet de loi "Engagement et proximité" est "une première réponse concrète" aux attentes des maires exprimées lors du Grand débat national, a affirmé mardi au Sénat la ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault.

La chambre des territoires a entamé mardi l'examen en première lecture de ce texte qui doit replacer les maires au coeur de l'action publique locale et enrayer la crise des vocations pour les mandats locaux.

Le texte "propose deux leviers majeurs", a indiqué Mme Gourault. Il "redonne des libertés locales afin que les élus retrouvent des capacités d'action et que les décisions se rapprochent du terrain, en proposant une meilleure articulation entre communes et intercommunalité".

Et il "lève certains freins à l'engagement et au réengagement des élus locaux dans la perspective des prochaines élections municipales", prévues en mars 2020.

Le ministre chargé des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu a de son côté défendu "une série de mesures pragmatiques" et salué "une coproduction avec la haute assemblée", le texte s'inspirant en grande partie de travaux du Sénat. 

Il doit répondre, a expliqué le ministre, à "trois sentiments" exprimés par les élus: un "sentiment de complexité" -"il est plus compliqué aujourd'hui d'être adjoint au maire ou maire qu'il y a 20 ans ou 30 ans"-; un "sentiment de dépossession des élus locaux" dans le lien avec l'intercommunalité; et "le plus terrible, le besoin de protection".

Ce projet de loi ne sera pas un "énième grand big bang territorial", a-t-il prévenu. "Des corrections oui, le grand soir non".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.