Municipales: Marine Le Pen reconnaît le passé violent du candidat RN brièvement investi à Strasbourg

Municipales: Marine Le Pen reconnaît le passé violent du candidat RN brièvement investi à Strasbourg
Marine Le Pen le 15 septembre 2019 à Fréjus

AFP, publié le mercredi 23 octobre 2019 à 20h26

Marine Le Pen a reconnu mercredi que le candidat RN qui avait été investi jeudi dernier en vue des municipales à Strasbourg avant de rapidement jeter l'éponge, avait "caché" au parti des condamnations pour violences racistes.

"Nous avons donc appris (...) que (Thibault Gond-Manteaux) avait caché à la commission d'investiture (du RN) non seulement ces comportements inadmissibles, scandaleux, mais de surcroît des condamnations ou la condamnation, je n'en sais pas plus, qui en a été la conséquence", a expliqué devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP) la présidente du RN, interrogée sur le cas de l'éphémère candidat RN.

Ancien candidat aux législatives dans le Bas-Rhin en 2017, âgé de 34 ans, ce délégué départemental du RN dans le Bas-Rhin -- il vient de démissionner de ses fonctions, selon Les Dernières nouvelles d'Alsace -- avait été investi jeudi pour briguer la mairie de Strasbourg aux municipales, avant de jeter l'éponge le lendemain, invoquant officiellement des "contraintes professionnelles imprévues".

Toutefois, entre son investiture et l'annonce de son renoncement, plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux avaient fait état du passé violent et raciste du candidat.

Selon un document judiciaire consulté par l'AFP, M. Gond-Manteaux a en effet été condamné pour des violences à caractère raciste commises dans l'Yonne dans les années 2000, alors qu'il était membre d'un groupuscule d'extrême-droite.

En 2011, il a été condamné par le tribunal correctionnel d'Auxerre à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, pour avoir participé en 2005 à l'agression dans un parc de deux personnes d'origine maghrébine.

En mai 2012, Thibault Gond-Manteaux a comparu avec huit autres personnes devant les assises des mineurs de l'Yonne -- certains des accusés étaient mineurs au moment des faits -- pour huit incendies de restaurants turcs, commis en 2004 et 2005. M. Gond-Manteaux avait écopé de cinq ans de prison, dont dix-huit mois ferme, peine confondue avec la précédente.

A son domicile, les enquêteurs avaient retrouvé un exemplaire de "Mein Kampf" ainsi qu'une montre frappée du sigle "SS" et d'une croix gammée, selon les Dernières nouvelles d'Alsace (DNA).

"Nous avons demandé, comme nous le faisons pour tous les candidats, un extrait de casier judiciaire. Mais les condamnations pénales des mineurs ne sont pas indiquées sur les casiers judiciaires", a encore indiqué Mme Le Pen, dont le parti mène depuis des années une entreprise de dédiabolisation.

Interrogé par les DNA, un élu RN du Bas-Rhin a qualifié le candidat "d'erreur de casting", se disant "stupéfait et sonné par la différence entre l'image" qu'il renvoyait et "les violences commises à la fin de son adolescence".

Selon la presse locale, le RN devrait investir d'ici fin octobre un nouveau candidat pour les municipales à Strasbourg.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.