Municipales: Hidalgo conteste que les Parisiens quittent la capitale en masse

Chargement en cours
La maire de Paris Anne Hidalgo, le 9 avril 2020
La maire de Paris Anne Hidalgo, le 9 avril 2020
1/2
© AFP, Ludovic MARIN

, publié le jeudi 18 juin 2020 à 14h45

"Paris ne se vide pas": la candidate PS à un second mandat de maire de Paris Anne Hidalgo a "réfuté" jeudi la thèse de "l'exil" de Parisiens qui fuiraient les conditions de vie de la capitale.

Anne Hidalgo est arrivée en tête au 1er tour le 15 mars avec 29,3% des voix, devant la candidate Les Républicains Rachida Dati (22,7%) et la candidate LREM Agnès Buzyn (17,3%). 

Interrogée sur franceinfo à propos des 60.000 habitants partis de la capitale depuis 2014, elle a rétorqué: "Paris ne se vide pas, c'est une variation saisonnière qui avait commencé depuis 2011", mais "des prévisions de l'Insee montrent que ça va réaugmenter en 2024".

"Ce n'est pas de l'exil, je réfute ce mot-là", a-t-elle insisté. "Paris a toujours été une ville dans laquelle on vient, on repart, on fait une partie de sa vie".

Paris est-elle trop chère? "Nous avons 80% de classes moyennes et populaires, 22,5% de la population dans le parc de logements sociaux", a affirmé Anne Hidalgo.

L'édile a néanmoins souligné que les départs procédaient d'une "dédensification de la ville" en partie impulsée par ses services, via la "résorption d'habitats insalubres": "On refait des logements en les agrandissant donc forcément ça veut dire moins de monde".

Elle a aussi expliqué que "des phénomènes comme Airbnb sont venus prendre beaucoup de logements aux Parisiens sur le marché locatif".

Anne Hidalgo s'est insurgée contre les reproches de manque d'attractivité faits par ses concurrentes Rachida Dati (LR) et Agnès Buzyn (LREM): "L'attractivité est là, vous croyez qu'on a gagné les jeux Olympiques comment? Quand Mme Dati parle des berges de Seine en disant que ce sont des latrines à ciel ouvert, à quel Parisien ça parle, un message aussi dénigrant?"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.