Municipales: Darmanin candidat à Tourcoing "pour être maire"

Municipales: Darmanin candidat à Tourcoing "pour être maire"
Gérald Darmanin à Paris le 15 novembre 2019

, publié le lundi 27 janvier 2020 à 20h36

Poids-lourd de l'exécutif, Gérald Darmanin a levé le vrai-faux suspense lundi soir en annonçant sa candidature en tête de liste aux municipales à Tourcoing (Nord), une bataille électorale qu'il engage "pour être maire", ce qui pourrait signifier, à terme, son départ du gouvernement.

"Après avoir beaucoup parlé avec l'équipe municipale, je mènerai la liste aux élections municipales à Tourcoing" les 15 et 22 mars prochains, déclare le ministre de l'Action et des Comptes publics dans un entretien à La Voix du Nord.

Emmanuel Macron "m'a autorisé à être en campagne" et "si je suis tête de liste, c'est pour être maire", ajoute M. Darmanin, déjà à la tête de la ville de 2014 à 2017.

En vertu de la règle du non-cumul, compte-t-il donc choisir Tourcoing plutôt que son portefeuille de ministre ?

"Il n'y a pas de règle juridique mais il y a une règle politique. Même si j'ai été maire et ministre pendant sept mois, je crois qu'il n'est pas sain de cumuler les deux dans la durée. Je me plierai évidemment à la règle choisie par le président de la République. Ministre, c'est temporaire. Maire, élu local, c'est l'engagement d'une vie", répond-il.

Reste à savoir ce qu'il entend précisément par "dans la durée"... Selon une source gouvernementale, M. Darmanin s'est entretenu récemment avec le chef de l'Etat sur sa candidature et Emmanuel Macron l'aurait assuré qu'il n'était pas opposé à ce qu'il cumule son poste de ministre et sa fonction de maire jusqu'au "gros remaniement post-municipales qui pourrait intervenir à l'été 2020".

"Darmanin est en position de force. Vous en connaissez beaucoup des maires LREM qui vont être élus ou réélus en mars ? En plus, lui se présente dans une ville de plus de 100.000 habitants et populaire", décrypte un ténor politique.

- "Il restera ministre !" -

"Au remaniement, je mets un billet qu'il restera ministre avec une belle promotion. Macron a besoin de le garder", ajoute cet élu. Quitte alors à ce que Gérald Darmanin confie de nouveau les clefs de la ville, comme actuellement, à Jean-Marie Vuylsteker jusqu'à la fin du quinquennat pour reprendre les rênes ensuite.

Dans La Voix du Nord, le ministre, qui reste premier adjoint et omniprésent dans sa ville où il passe plusieurs jours chaque semaine, précise avoir "conclu" avec le maire actuel qu'il était "le mieux placé pour porter les aspirations municipales dans la continuité de ce que l'on a fait depuis six ans".

Si le ministre avait dit qu'il déclarerait sa flamme aux Tourquennois le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, il s'est finalement déclaré plus tôt en raison de "l'engouement fort" sur le terrain: "je ne me sentais pas de faire attendre une partie des gens".

Âgé de 37 ans, Gérald Darmanin, qui a notamment mis en musique la réforme du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, a rejoint La République en marche à l'automne 2017 quelques mois après son entrée au gouvernement.

Proche de Xavier Bertrand et de Nicolas Sarkozy, il avait été élu maire de Tourcoing sous l'étiquette UMP en 2014 avec 45% des voix et 671 voix d'avance sur le maire socialiste sortant, à l'issue d'une triangulaire avec le FN.

"C'est une bonne chose" qu'il se présente "car le président a, à plusieurs reprises, encouragé ses ministres à être candidat aux municipales. Ils sont ainsi plus aguerris et plus légitimes aux yeux des Français", a réagi l'entourage du président de la République.

"Quand il était maire, en 2014, il a dit qu'il aimait son mandat de maire, mais dès qu'il a eu la possibilité d'être ministre, il a quitté Tourcoing, tout en mettant à sa place des personnes dont il savait qu'elles ne lui feraient pas d'ombre", a dénoncé Véronique Gruneissen, ex-élue PS de Tourcoing.

"Ce n'est pas respectueux du vote des Tourquennois. Il cumule sur deux tableaux, il garde toujours un pied au gouvernement, un autre à Tourcoing. S'il perd les municipales, il retourne au gouvernement ? S'il est élu maire, il abandonne son portefeuille de ministre ? Ce sont des questions à se poser", lâche-t-elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.