Municipales à Paris: Gantzer veut rassembler large, de Saporta à Villani

Municipales à Paris: Gantzer veut rassembler large, de Saporta à Villani
Le candidat indépendant à la mairie de Paris Gaspard Gantzer pose au-dessus du périphérique parisien, le 15 avril 2019

AFP, publié le mercredi 14 août 2019 à 12h21

Le candidat indépendant à la mairie de Paris Gaspard Gantzer a indiqué mercredi qu'il voulait rassembler large, de Cédric Villani à Isabelle Saporta, pour incarner "une troisième voie" face au "duel Hidalgo-Griveaux", lors des municipales de mars 2020.

"Je discute avec Isabelle Saporta depuis plusieurs semaines", a affirmé sur France Info le fondateur du mouvement "Parisiennes, Parisiens". La journaliste a démissionné en mai de son poste de chroniqueuse dans la matinale de RTL, suite à la révélation publique de sa liaison avec le leader écologiste Yannick Jadot et a annoncé son intention de "s'engager" en politique. 

"Je lui ai proposé qu'on s'engage ensemble, (...) maintenant, c'est à elle de décider", a ajouté M. Gantzer, louant une femme "exceptionnelle" et "une militante écologiste convaincue".

L'ex-conseiller en communication de François Hollande, qui dit discuter avec "tous ceux qui partagent (s)es valeurs, totalement ou partiellement", s'est également entretenu avec Cédric Villani. Le député LREM a été battu début juillet par Benjamin Griveaux dans la course à l'investiture de La République en marche pour Paris et réfléchit à une candidature alternative, multipliant les contacts ces dernières semaines, avec les écologistes d'EELV, le MoDem, Les Républicains, etc. 

Gaspard Gantzer a également évoqué des échanges avec deux autres députés LREM un temps intéressés par la mairie de Paris, Mounir Mahjoubi et Hugues Renson.

"Après, c'est à eux de voir si, à un moment donné, ils ont envie de s'affranchir", a jugé celui qui a répété être un homme "libre" et "indépendant", un "outsider". 

"J'espère pouvoir convaincre tous ces gens, qu'on puisse y aller ensemble jusqu'au bout, parce que franchement l'alternative Hidalgo-Griveaux, Griveaux-Hidalgo, ça fait pas rêver", a insisté M. Gantzer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.