Municipales à Paris: Bournazel jette l'éponge et rejoint Griveaux

Municipales à Paris: Bournazel jette l'éponge et rejoint Griveaux
Pierre-Yves Bournazel pose le 16 octobre 2019 à Paris

, publié le jeudi 16 janvier 2020 à 10h03

L'élu de centre-droit Pierre-Yves Bournazel a annoncé jeudi qu'il ralliait le candidat LREM Benjamin Griveaux pour les municipales de mars 2020 à Paris, après avoir appelé en vain à une alliance à trois avec le dissident Cédric Villani.

"A 60 jours du scrutin, il faut choisir l'intérêt de Paris. Et choisir, c'est parfois savoir renoncer", écrit le député Agir dans un courrier, dont l'AFP a obtenu copie. "J'apporte aujourd'hui mon soutien à Benjamin Griveaux", ajoute l'élu, après avoir fait le constat que son propre projet, porté depuis le printemps, "n'a malheureusement pas été suffisamment entendu".

Le désormais ex-candidat était crédité de 4% des intentions de vote dans un sondage commandé par l'équipe de Cédric Villani et dévoilé par la presse en décembre.

"Je suis très heureux que nous puissions défendre ce projet ensemble", a réagi Benjamin Griveaux auprès de l'AFP. L'ancien porte-parole du gouvernement a salué le "talent", l'"énergie" de M. Bournazel et sa "connaissance intime de Paris, notamment du nord-est et des quartiers populaires tellement négligés par la municipalité actuelle".

Dans sa lettre, M. Bournazel demande à M. Griveaux "d'être libre et indépendant, porteur d'une nouvelle majorité de projets, ouverte, diverse et non partisane, afin de pouvoir préparer le Paris et le Grand Paris de demain".

"Sur de nombreux sujets, (Benjamin Griveaux) a fait preuve d'enthousiasme et de volonté pour faire évoluer son projet, je m'en réjouis, souligne-t-il. Il est aujourd'hui prêt à travailler avec le plus de forces possibles et je le crois le plus à même de créer une dynamique afin ''éviter la réélection d'Anne Hidalgo."

La semaine dernière, l'élu du XVIIIe arrondissement avait proposé une alliance à trois incluant M. Villani. Une proposition rapidement évacuée, après un débat interne au sein de son équipe, par le mathématicien qui a mis en exergue ses divergences avec Benjamin Griveaux sur "l'écologie" et la "densification", notamment.

"Moi, je m'entends bien avec tout le monde, mais entre eux c'est plus compliqué", a expliqué à l'AFP Pierre-Yves Bournazel, après avoir rencontré à tour de rôle les deux candidats au cous du week-end. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.