Municipales 2020 : "Nos maires ont montré que la gestion par des maires RN, ça fonctionne", estime Marine Le Pen

Municipales 2020 : "Nos maires ont montré que la gestion par des maires RN, ça fonctionne", estime Marine Le Pen
Marine Le Pen lors de son discours pour la rentrée politique du Rassemblement national à Fréjus, le 15 septembre 2019.

, publié le dimanche 15 septembre 2019 à 16h15

La présidente du Rassemblement national a réuni les militants à Fréjus pour sa grand-messe de rentrée. Elle a lancé la bataille des municipales et développé le programme du parti, la présidentielle de 2022 en ligne de mire. 

Dimanche 15 septembre à Fréjus, Marine Le Pen a lancé le Rassemblement national (RN) dans la bataille des élections municipales de mars 2020, la présidentielle de 2022 en ligne de mire. "Une élection n'est pas une corvée mais une chance", "une occasion d'expliquer et de convaincre toujours davantage", a-t-elle rappelé devant les militants.

Avec les municipales, Marine Le Pen entend "accrocher un mousqueton supplémentaire sur la paroi qui mène au sommet et le sommet, vous le savez, c'est l'Élysée". Elle souhaite d'ailleurs transformer la fonction en "un septennat non renouvelable". 



"En nous désignant comme premier parti de France, les Français nous ont conféré une lourde responsabilité, celle d'incarner l'opposition et de la faire vivre", a asséné Marine Le Pen. "Cela ne signifie pas seulement critiquer mais surtout élaborer un contre projet", a-t-elle précisé.

"Nos maires ont montré que la gestion par des maires RN ça fonctionne", a-t-elle affirmé, avant de développer le programme du parti, axé notamment sur le pouvoir d'achat et la paix fiscale. Elle souhaite également lutter contre "la fracture territoriale entre les métropoles qui captent toutes les richesses et des territoires qui se vident".




"Il faut lutter contre le sentiment de dépossession et de spoliation du patrimoine national", a-t-elle également affirmé, soulignant qu'il fallait s'opposer à la privatisation d'Aéroports de Paris en signant la pétition, qu'il fallait stopper la privatisation des barrages et engager la renationalisation des autoroutes.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.