Moralisation de la vie publique : quand Delphine Batho (PS) rappelle le règlement de l'Assemblée à la présidente de séance (LREM)

Moralisation de la vie publique : quand Delphine Batho (PS) rappelle le règlement de l'Assemblée à la présidente de séance (LREM)
Delphine Batho à l'Assemblée nationale le 2 juin 2017.
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 25 juillet 2017 à 14h41

VIDÉO - Les députés ont commencé à débattre de la loi de moralisation de la vie publique lundi 24 juillet à l'Assemblée. Une première pour la vice-présidente Danielle Brulebois (la République en marche) qui se trouvait ce soir-là au perchoir.

Alors que les députés examinent les amendements apportés concernant le casier judiciaire vierge pour les élus, Danièle Brulebois refuse de leur redonner la parole. La présidente de séance passe aux votes des sous-amendements alors que dans l'hémicycle la colère gronde. Après un premier rappel au règlement du député socialiste Olivier Dussopt, c'est Delphine Batho, députée PS des Deux-Sèvres, qui monte au créneau, brandissant dans sa main droite le règlement de l'Assemblée.



"Madame la présidente, dans notre Assemblée, il y a des règles dans la discussion des articles et dans l'ordre des rappels aux amendements", lance Delphine Batho avant de débuter son cours à l'adresse de Danielle Brulebois. "Il y a pour règle qu'une fois que le gouvernement et la commission ont répondu aux auteurs des amendements, chacun des auteurs qui a présenté des amendements peut répondre au gouvernement et à la commission. Et seulement ensuite nous passons au vote, première règle. Deuxième règle : ma collègue responsable pour le groupe Nouvelle gauche Cécile Untermaier vous a demandé une suspension de séance pour que l'on puisse éviter un incident de séance. On est dans un débat de moralisation de la vie publique et franchement, délibérer dans des conditions de débat pareilles est proprement ahurissant", s'agace l'ancienne ministre. "J'ai parfaitement respecté le règlement madame Batho !", se défend alors la députée de la République en marche.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU