Mis en examen, Eric Woerth conforté à la tête de la Commission des finances

Mis en examen, Eric Woerth conforté à la tête de la Commission des finances
Pour le vice-président du groupe LREM, Éric Woerth reste «parfaitement légitime» à la tête de la Commission des finances. Même s'il est mis en examen.

leparisien.fr, publié le mercredi 30 mai 2018 à 22h04

Le député a été mis en examen dans l'enquête sur le financement libyen présumé de la campagne présidentielle de 2007.

Un député mis en examen peut-il rester président de la commission des Finances ? La réponse est oui pour la République en Marche (LREM). Gilles le Gendre, élu de Paris et vice-président du groupe LREM, a assuré mercredi matin qu'Éric Woerth, mis en examen mardi pour « complicité de financement électoral » de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007, était « parfaitement légitime » à la tête de la puissante commission.

En ouverture d'une réunion de cette commission, mercredi matin à l'Assemblée, Woerth s'était dit « prêt à rentrer dans le fond des faits » qui lui sont reprochés. Ce qui n'est pas l'intention des autres parlementaires, Gilles le Gendre assurant que cette affaire n'avait pas à « justifier la moindre récupération du groupe majoritaire ». L'élu MoDem Patrick Mignola a ensuite dénoncé « une société où soupçon vaut mise en examen, et mise en examen vaut culpabilité ».

De quoi conforter Éric Woerth car les 39 députés LREM disposent de la majorité absolue au sein de la commission. Le député Les Républicains de l'Oise, ancien trésorier de la campagne présidentielle de 2007, pouvait déjà compter sur l'appui des 13 élus de son camp.

Un soutien qui ne fait pas l'unanimité

Mais le soutien à Woerth ne semble pas faire l'unanimité parmi les marcheurs, alors que selon la règle gouvernementale, un ministre mis en examen doit démissionner de son poste. « Les Français sont en attente d'avoir des politiques exemplaires, et il faudrait que cette moralisation de la vie politique se concrétise rapidement », a regretté sur LCP la députée Catherine Fabre, membre de la commission des Affaires sociales.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.