Mineurs isolés : Éric Zemmour ne "regrette absolument pas" ses propos condamnés par la justice

Mineurs isolés : Éric Zemmour ne "regrette absolument pas" ses propos condamnés par la justice
Éric Zemmour à Saint-Quentin, le 14 janvier 2022.

publié le mardi 18 janvier 2022 à 11h04

Éric Zemmour a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Paris à une peine de 100 jours-amende à 100 euros, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement, pour des propos tenus sur les migrants mineurs isolés.

"Je ne regrette absolument pas d'avoir prononcé cette phrase". Éric Zemmour a assumé mardi 18 janvier les propos sur les migrants mineurs isolés qui lui ont valu une condamnation pour provocation à la haine.

"Je pense que je suis l'objet d'une justice politique qui évidemment veut m'interdire de parler non seulement d'immigration, mais de lier l'immigration à la délinquance et à l'insécurité, a déclaré le candidat sur BFMTV. C'est tout simplement une justice politique."


Éric Zemmour a été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Paris à une peine de 100 jours-amende à 100 euros, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement, pour des propos tenus sur les migrants mineurs isolés. Le 29 septembre 2020, lors d'un débat dans l'émission "Face à l'info" après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le polémiste affirmait : "Ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent."

Mardi, le candidat d'extrême-droite a évoqué un rapport du Sénat, "qui dit, en d'autres mots, exactement la même chose", selon lui : "La violence et la délinquance de ces prétendus mineurs isolés, qui sont en fait des clandestins, qui pour la plupart ne sont pas mineurs, et qui ne sont pas isolés, puisqu'ils sont soit manipulés par des bandes mafieuses, soit envoyés carrément pas leurs parents."

"J'essaie moi, de protéger mon peuple et le peuple français des exactions de ces bandes de jeunes", a encore expliqué  Éric Zemmour. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.