Migrants : la France «n'a de leçons à recevoir de personne», affirme Macron

Migrants : la France «n'a de leçons à recevoir de personne», affirme Macron
Emmanuel Macron s'adresse à la presse en ouverture du sommet européen sur les migrants, à Bruxelles le 24 juin 2018.

leparisien.fr, publié le dimanche 24 juin 2018 à 16h30

Emmanuel Macron participe à Bruxelles à un sommet européen consacré à la crise des migrants.

Le ton est donné dès l'ouverture. Tout juste arrivé à Bruxelles où il doit participer ce dimanche après-midi avec plusieurs de ses homologues européens à un mini-sommet consacré à la crise des migrants, Emmanuel Macron a assuré que la France n'avait « de leçons à recevoir de personne » car elle est « le deuxième pays d'accueil des demandeurs d'asile cette année ». L'Italie reproche notamment à la France de ne pas être assez solidaire concernant l'accueil des réfugiés.

« N'oublions jamais nos valeurs, je serai intraitable sur ce point, a ajouté le président français, en arrivant au mini-sommet européen sur la question migratoire qui déchire l'Union. Nous avons des valeurs, c'est ce qui nous a faits. Chaque fois que nous les avons trahies nous avons créé le pire », a-t-il martelé. « C'est le respect des droits de l'homme, de l'individu, des autres Etats et de leur intégrité et cette solidarité qui nous lie ».

Un bateau bloqué en mer au large de l'Italie

Les dirigeants italiens se sont indignés des déclarations du président français, vendredi, selon lesquelles l'Italie « ne vit pas une crise migratoire mais une crise politique » alimentée par « des extrêmes qui jouent sur les peurs ».

Le nouveau gouvernement populiste italien a ainsi fustigé l' « arrogance » d'Emmanuel Macron après sa proposition de « centres fermés » pour les migrants dans les pays de première arrivée.

Les pays frontaliers de la Méditerranée, comme l'Italie ou la Grèce, qui sont en première ligne pour accueillir les réfugiés, demandent notamment davantage d'aide à leurs partenaires européens. Un bateau bloqué en mer

Ce sommet se déroule alors que le navire Lifeline, qui contient 239 migrants à son bord, est toujours en stand-by au large de Malte après le refus de l'Italie de le laisser accoster dans un port. Un conseil européen consacré à la crise des migrants se tiendra également à Bruxelles jeudi et vendredi prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU