Migrants : "La France doit être plus généreuse", selon Bernard Kouchner

Migrants : "La France doit être plus généreuse", selon Bernard Kouchner
Bernard Kouchner à Paris, le 8 septembre 2016.

Orange avec AFP, publié le mercredi 15 août 2018 à 09h40

La France va accueillir 60 migrants sur les 255 secourus en mer et pris en charge par Malte, dont 141 à bord de l'Aquarius.

"La France est le pays des Droits de l'homme et combien a-t-on pris de migrants ? C'est une rigolade". L'ancien ministre des Affaires Étrangères et cofondateur de Médecins sans frontières, Bernard Kouchner, s'est emporté contre l'inaction de la France dans la gestion de la crise des migrants, dans un entretien accordé au Parisien mardi 14 août.


Alors que Malte a finalement accepté de laisser accoster l'Aquarius, avec 141 migrants à bord, après cinq jours d'errance en Méditerranée, Bernard Kouchner a déploré que ce soit "en forçant les choses qu'on finit par se repartir les migrants".

"À partir de là, il faut vraiment que l'on parvienne à une entente européenne, avec un comité de répartition qui puisse opérer au plus près des départs, a estimé l'ancien ministre.

Évidemment, il faut faire repartir ceux qui viennent seulement pour chercher du travail, ça, ce n'est pas possible." Il a également critiqué l'accord de Dublin, qui prévoit que le pays d'accueil des navires de migrants soit chargé seul de leur gestion. "Il faut changer cela, car cela a amené quoi en Italie ? Un régime d'extrême-droite. On a engueulé les Italiens alors qu'ils avaient déjà vu passer 750.000 migrants".


Interrogé sur la raison du refus d'Emmanuel Macron d'accueillir l'Aquarius en Corse, Bernard Kouchner a estimé qu'"il ne peut pas tout faire. Mais il faut qu'on redevienne humain. (...) La France, ce n'est pas n'importe quoi, on a inventé l'humanitaire moderne. On a tout à gagner à être plus accueillant."

La France "est à la traîne alors qu'on veut être le patron de l'Europe ! La France doit être plus généreuse", a-t-il encore déclaré.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU