Migrants: interpellé par les protestants, Edouard Philippe inflexible

Migrants: interpellé par les protestants, Edouard Philippe inflexible

Edouard Philippe à Paris le 22 janvier 2018

A lire aussi

AFP, publié le mercredi 24 janvier 2018 à 20h37

Le Premier ministre Edouard Philippe a défendu mercredi soir sa politique migratoire, marquée selon lui par "l'humanité" et "l'efficacité", devant la Fédération protestante de France (FPF) qui l'a vigoureusement interpellé, appelant au retrait de la "circulaire Collomb" sur l'hébergement d'urgence.

"Entendez ceux qui sont sur le terrain de l'accompagnement et de l'accueil. Ils vous disent qu'il y a une promesse à tenir et qui n'est pas tenue à ce jour, celle de la France qui accueille comme elle se doit de le faire", a lancé le président de la FPF, François Clavairoly, au chef du gouvernement, lors d'une cérémonie de voeux à la Maison du protestantisme à Paris.

Le principal représentant des quelque 2 millions de protestants français, très actifs dans l'accueil des réfugiés avec des organisations comme la Cimade ou la Fédération d'entraide protestante, a vivement critiqué la circulaire du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb prévoyant un recensement des migrants dans les centres d'hébergement d'urgence.

"Au nom de quel pragmatisme cet hébergement qui est de l'ordre de l'action sociale devrait-il céder le pas au contrôle administratif, en vue de reconduites plus nombreuses à la frontière de personnes en situation irrégulière? Entendez cette demande de retrait qui vous est faite par les acteurs les plus légitimes pour la formuler", a souligné le pasteur Clavairoly.

Dans sa réponse, Edouard Philippe a assuré avoir "bien entendu" l'interpellation des protestants, ces "tutoyeurs de Dieu" qui "ne se sont jamais tus devant l'Etat" et affichent "un esprit critique aiguisé, très aiguisé, et c'est très bien ainsi".

Mais il a surtout rappelé les "deux principes" qui guident selon lui l'action de son gouvernement dans l'accueil des migrants: "humanité et efficacité".

"L'humanité, cela veut dire honorer la tradition française de l'asile en accueillant dans les meilleures conditions ceux qui ont besoin de notre protection", a-t-il relevé.

En défense de la "circulaire Collomb", il a redit son souhait de "faire prévaloir dans l'hébergement d'urgence le principe (...) d'accueil inconditionnel, tout en sachant et en assumant qu'il ne s'agit ni d'un accueil indifférencié ni d'un droit au séjour inconditionnel".

Quant à "l'efficacité", "cela veut dire tout simplement appliquer les décisions prises conformément aux lois de la République: assurer la reconduite effective des étrangers qui se sont vu refuser l'asile" et "offrir à ceux qui séjournent régulièrement dans notre pays de bien meilleures conditions d'intégration", a fait valoir le Premier ministre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
78 commentaires - Migrants: interpellé par les protestants, Edouard Philippe inflexible
  • Tenir des promesses envers les réfugies et plus facile que celles promises aux français merci m. Philippe vous êtes le digne héritier de vos prédécesseurs un menteur de plus

  • si au lieu d'avoir donner de l'argent aux gouvernants des pays d'Afrique et autres ont les avait aidé a installer
    des usines et a développer leur pays on en serait pas là maintenant au sujet des migrants de calais puisque
    les anglais veulent le brexit il faut dénoncer le trité du Touquet et debarquer les migrants sur le sol anglais

  • 90% des "vrais" français ont des ancêtres issus de l'immigration (polonais, russes, italiens, nord-africains, portugais, espagnols, africains, vietnamiens, irlandais, belges, etc.....

    Pourquoi cette peur des étrangers ?

    Je ne crois pas qu'il s'agit de peur des étrangers. C'est plutot un problème économique qui freine. Quand les portuguais, espagnols, maghrébins etc.... sont arrivés en France il y a 40 ans environ, il y avait du travail. Les entreprises comme Peugeot, Citroen venaient dans mon pays (Madagascar) pour recruter les jeunes qui partaient presque immédiatement sur Paris, et commençaient à travailler presque le lendemain, transportés en bus à l'usine : ils n'avaient pas le temps de visiter Paris avant de prendre leur travail. Il y avait du boulot à l'époque, on manquait de main-d'oeuvre. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Nos enfants d'expatrient et s'ils restent en France ils sont payés à "coup de lance pierre".

    Parce qu ils ne respectent rien en France ,ni l autorité, ni la loi ni ses représentants ,ils ne voient que l assistanat,alors que moi qui ai travaillé 43 ans on ne me fait pas de cadeaux ,retenues sur la retraite ,remboursements sécurité sociale diminués ,je paie l eau le fuel domestique l électricité ,les taxes ,,,,pas eux ....ras le bol .

    justement, arrivés en nombre modéré ils ont pu s'intégrer, ce qui n'est pas le cas actuel car trop nombreux et laissés à la rue dans des conditions de vie déplorable

    Vous avez oublié les marsiens et les lunaires .....

  • Encore et toujour la religion qui fou le binzz un reel probleme de societe , qu'il s'iccipe de leurs fideles quand il en reste

    Après les cathos et leur pape, maintenant les protestants, marre des religions !

  • Relever la France passera par zéro immigration. Ce n'est pas une question d'idéologie mais de mathématique donc de bons sens. Tous ceux qui sont pour l'accueil des migrants le fassent à titre personnel et assument tout.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]