Mélenchon critiqué après sa rencontre avec Macron à Marseille

Mélenchon critiqué après sa rencontre avec Macron à Marseille
Le député La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, le 7 septembre 2018 à Marseille (Bouches-du-Rhône).

publié le dimanche 09 septembre 2018 à 09h40

La rencontre entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon vendredi à Marseille a suscité des railleries tant à gauche qu'à droite, certains y voyant un moment de complicité organisé.

Jean-Luc Mélenchon a dû le réaffirmer à plusieurs reprises ce samedi 8 septembre : bien sûr, il reste "un opposant" à Emmanuel Macron. "Je ne vais pas à minuit et demi dans un bar m'engueuler avec le président de la République.

Il est à Marseille, dans ma circonscription. Il y a une dimension de respect. On vit ensemble. Ce n'est pas une atmosphère où on se met des gifles. Il le sait que je suis son opposant", a plaidé sur BFMTV le leader de La France Insoumise (LFI). "La règle absolue, c'est la courtoisie", a-t-il abondé un peu plus tard sur RTL.

"Sous l'apparence du duel, le duo..."

Le chef de l'État a bavardé vendredi soir avec des Marseillais sur le Vieux-Port ainsi qu'avec Jean-Luc Mélenchon. "J'ai toujours du plaisir à discuter avec Monsieur Mélenchon. On n'a pas toujours les mêmes idées", a expliqué le président. "Pas souvent", a coupé le leader de La France Insoumise. "Mais c'est toujours respectueux et intéressant. On a des confrontations politiques, mais Jean-Luc Mélenchon n'est pas mon ennemi", a-t-il ajouté.



Interrogé par la presse sur le fait que Jean-Luc Mélenchon avait qualifié quelques heures plus tôt Emmanuel Macron de "plus grand xénophobe", le député LFI avait répondu qu'il s'agissait "peut-être d'une légère exagération marseillaise". Reste qu'une partie de la classe politique y a vu un moment de complicité : "Sous l'apparence du duel, le duo..." a ironisé samedi sur Twitter le patron du Parti socialiste (PS), Olivier Faure.



La présidente du RN (ex-FN) Marine Le Pen s'est, elle, félicitée qu'Emmanuel Macron ne considère plus Jean-Luc Mélenchon comme son premier opposant. "Merci pour ce moment", a raillé la finaliste de la présidentielle en 2017. "Pas très insoumis, Mélenchon, dans cet échange", a jugé le président des Patriotes, Florian Philippot : "De tels opposants c'est un boulevard pour Macron, l'UE et la Finance !".



Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon "partagent mêmes origines politiques et ambitions, considèrent leur mandat comme un théâtre" alors "où sont engagement sincérité intérêt général?", s'est demandée la secrétaire générale adjointe de Les Républicains Valérie Boyer.

"Ça n'était pas organisé"

Certains internautes ont également soupçonné les deux hommes d'avoir organisé cette rencontre. Une version démentie par les équipes de Jean-Luc Mélenchon : "Ça n'était pas organisé. C'est Emmanuel Macron qui se déplace jusqu'à la terrasse de l'hôtel où Jean-Luc Mélenchon était, pour venir le voir", explique un proche du député. "Jean-Luc Mélenchon a été le premier surpris qu'Emmanuel Macron aille jusqu'à la terrasse de cet hôtel".



La sénatrice PS de Paris, Marie-Noëlle Lienemann, également "par hasard" sur les lieux à également assuré à franceinfo que la rencontre était "totalement fortuite". "Personne n'a voulu fuir le contact républicain", estime-t-elle. "C'est le préfet ou le chef de cabinet qui a su que Jean-Luc Mélenchon était attablé à cette terrasse. Il en a alors informé le président de la République, qui a dit qu'il irait le saluer à la fin de son bain de foule, avant de partir", a-t-on expliqué du côté de l'Élysée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.