Masques : l'État "supplanté" par les grandes surfaces pour Damien Abad

Masques : l'État "supplanté" par les grandes surfaces pour Damien Abad
Damien Abad, député (LR) de l'Ain.

, publié le samedi 02 mai 2020 à 21h01

Le député Damien Abad, a dénoncé le "défaut d'anticipation" de l'État, à la suite de l'annonce par les grandes surfaces de la possibilité de livrer des millions de masques en vue du confinement.

Le débat sur les masques et la gestion de l'État a été relancé à la suite de l'annonce de grandes surfaces ayant affirmé avoir "sécurisé" plusieurs centaines de millions de masques en vue de leur mise en vente dès lundi 4 mai.


Le chef de file des députés d'opposition LR, Damien Abad, fustige l'Etat pour son "défaut d'anticipation", estimant qu'il a été "supplanté par les grandes surfaces", qui ont 
"Comment se fait-il que l'Etat français soit supplanté par les grandes surfaces et qu'on n'ait pas pu préempter les commandes de masques, et les stocks pour les distribuer aux masseurs, dentistes, sages-femme, infirmiers libéraux... à toutes celles et tous ceux qui ont manqué de masque et ont dû gérer la pénurie au quotidien ?", interroge auprès de l'AFP le député de l'Ain.

"Il ne s'agit pas de mettre en cause les grandes surfaces", assure l'élu, "mais ce qui est incompréhensible c'est que Carrefour et Leclerc sont plus puissants que l'Etat" et "ont la capacité de faire des commandes massives". 

Entre "les délais de dédouanement" et les "délais de transport", les centaines de millions de masques promis par la grande distribution "ne se sont pas faits en 48 heures", s'agace encore Damien Abad. 

L'État "aurait pu préempter"

Soutenant que ces commandes ont été passées il y a une dizaine de jours, au moins, le député estime que le gouvernement a fait preuve d'"un défaut d'anticipation et aurait pu préempter une partie de ces stocks". 

L'objectif est de "savoir si la grande distribution avait des stocks, ce qui est quasi obligé, et si elle les avait, comment se fait-il que l'Etat n'ait pas préempter?", poursuit-il.

Le patron des députés LR appelle "le gouvernement à saisir la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes, Ndlr) et demander les bons de commande et bons de livraison". 

"Loin des 500 millions"

Les groupes Carrefour et Leclerc, qui comme toute la grande distribution, pourront vendre des masques à partir du 4 mai, ont annoncé avoir sécurisé respectivement 225 millions de masque (dont 175 millions dits "chirurgicaux") et 170 millions (uniquement "chirurgicaux"). 

"La grande distribution a annoncé non pas des stocks de masque, mais de commandes de masques", a relativisé plus tôt le ministre de la Santé Olivier Véran, à l'issue du conseil des ministres, précisant que "la grande distribution (lui) dit aujourd'hui (samedi, ndlr) disposer en équivalent de 5 voire 10 millions de masques". "On est très très loin des 500 millions" importés notamment par l'Etat, a-t-il indiqué. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.