Marlène Schiappa refuse d'être "l'invitée surprise" d'Éric Zemmour à la convention de la droite avec Marion Maréchal

Marlène Schiappa refuse d'être "l'invitée surprise" d'Éric Zemmour à la convention de la droite avec Marion Maréchal
Marlène Schiappa refuse de participer à la "convention de la droite", visant selon elle à "servir la soupe à Marion Maréchal".

, publié le lundi 16 septembre 2019 à 15h50

Selon Franceinfo, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes ne veut pas "servir la soupe" à l'ex-députée du Rassemblement national (RN), durant la "convention de la droite", organisée le 28 septembre. 

Le dernier week-end de septembre, aura lieu à Paris la "convention de la droite" organisée par des proches de Marion Maréchal. L'événement accueillera l'ancienne élue frontiste, mais aussi le polémiste Éric Zemmour et le philosophe Raphaël Enthoven.

En revanche, Marlène Schiappa a décliné l'invitation, révèle Franceinfo, lundi 16 septembre. Les organisateurs lui auraient envoyé un SMS la semaine dernière, lui proposant d'être "l'invitée surprise d'Éric Zemmour". 

"Elle a déjà débattu avec Eric Zemmour, ce n'est pas le problème, a justifié l'un de ses conseillers à la radio. Mais invitée surprise, ça fait un peu gadget, et ça dénature sa fonction". En outre, la ministre ne veut pas participer à "un cirque" visant "à servir la soupe à Marion Maréchal", explique-t-on dans son entourage. 

Le député Aurélien Taché (LREM) y va pour "lever un certain nombre de fantasmes"

En revanche, le député La République en marche du Val-d'Oise Aurélien Taché participera bien à l'événement, comme il l'a annoncé la semaine dernière. Spécialiste des questions d'immigration, il entend apporter la contradiction à des idées "qui sont l'exact opposé" des siennes, lors d'un débat sur le "communautarisme", a-t-il expliqué sur RFI. Il compte y "lever un certain nombre de fantasmes et surtout expliquer que je crois profondément qu'une société forte, c'est une société qui n'a pas peur d'intégrer ceux qui arrivent sur son sol, a-t-il expliqué lundi sur Franceinfo. J'espère démontrer aux Français quelles sont les idées de cette droite."

Il reconnaît que les réactions à sa participation à cette convention sont "assez partagées". Mais "beaucoup de collègues et amis me disent que j'ai raison, de toute façon il ne sert à rien de nier le fait qu'ils (le RN, NDLR) sont maintenant le principal adversaire politique", justifie-t-il. 


Raphaël Enthoven et peut-être Gilbert Collard

Le "courant de pensée ultra-conservateur" qui émerge au sein des Républicains et qu'incarnerait Marion Maréchal est "l'avenir de la droite", a dit constater vendredi le député LREM Aurélien Taché, qui défend l'idée d'une confrontation entre "progressistes et conservateurs". 

L'essayiste Raphaël Enthoven doit venir aussi "apporter une contradiction frontale" sur la "critique de la critique des élites". L'eurodéputé RN du Gard Gilbert Collard n'exclut pas de se rendre à la convention, qui a pour thème "l'alternative au progressisme". Le chirurgien "anti Greta Thunberg" Laurent Alexandre s'y exprimera également. 


Rentrée politique pour Marion Maréchal 

Cet événement ressemblera à une rentrée politique pour la nièce de Marine Le Pen. Au centre de multiples tentatives de recomposition politique à droite et à l'extrême droite, Marion Maréchal, ancienne élue du Vaucluse, avait aussi fait des vagues chez Les Républicains pour avoir dîné fin juin avec plusieurs élus du parti, dont quelques parlementaires. 




La jeune femme, qui a quitté la politique électorale pour diriger une école de sciences politiques à Lyon, s'est exprimée à plusieurs reprises en faveur d'une "union des droites" depuis la déroute des Républicains aux élections européennes, au point d'agacer certains dirigeants du RN.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.