Marion Maréchal ne soutiendra pas Marine Le Pen : "brutal, violent et difficile" pour la candidate

Marion Maréchal ne soutiendra pas Marine Le Pen : "brutal, violent et difficile" pour la candidate
Marion Maréchal et Marine Le Pen

publié le vendredi 28 janvier 2022 à 10h12

La candidate RN à l'élection présidentielle a réagi vendredi sur Cnews à la décision de sa nièce de ne pas la rallier dans la course à l'Elysée. Elle a notamment souligné une incompréhension politique. 

Marine Le Pen est apparue peinée vendredi 28 janvier sur Cnews par la décision de sa nièce Marion Maréchal de ne pas la soutenir à l'élection présidentielle.

"Je pense que si je vous disais que ça ne me touche pas, personne ne me croirait. J'ai avec Marion une histoire particulière parce que je l'ai élevée avec ma sœur pendant les premières années de sa vie, donc évidemment c'est brutal, c'est violent, c'est difficile pour moi", a-t-elle déclaré.


S'attendait-elle à une telle décision de la part de sa nièce ? "Non, on ne s'y attend jamais vraiment. C'est une incompréhension politique déjà. Elle avait indiqué qu'elle soutiendrait celui qui serait le mieux placé. Incontestablement, je suis beaucoup mieux placée aujourd'hui qu'Eric Zemmour puisque je suis donnée au second tour", a justifié la candidate du RN. "A côté de l'aspect politique, il y a aussi l'aspect personnel". Et après un soupir : "Bon, passons à autre chose", a essayé de sourire Marine Le Pen.

"Aucune décision n'est prise"

Marion Maréchal a développé jeudi auprès du Parisien sa position. Elle admet avoir plaidé "pour l'union derrière le mieux placé. Mais on voit bien qu'on ne prend pas le chemin de l'union... Et je ne sais pas qui est le mieux placé", a-t-elle expliqué au quotidien. "Je réfléchis, aucune décision n'est prise", mais "si je soutiens Éric (Zemmour, NDLR), ce n'est pas juste pour passer une tête et dire coucou", a-t-elle affirmé au Parisien. Selon elle, l'ancien chroniqueur du Figaro et de CNews "a fait beaucoup de progrès dans la posture, le ton, la gravité".

"Éric Zemmour a une marge de progression plus grande chez les classes populaires et les abstentionnistes que Marine Le Pen auprès des classes supérieures. Il est difficile de se défaire d'une image en politique", a ajouté l'ancienne députée du FN (devenu RN). A l'automne, Marion Maréchal avait affirmé "plaider pour une candidature unique derrière le mieux placé" afin d'éviter deux candidatures à l'extrême droite qui "risquent de se court-circuiter".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.