Marine Le Pen huée lors de sa visite au marché de Rungis

Marine Le Pen huée lors de sa visite au marché de Rungis©Source : LeHuffPost
A lire aussi

Source : LeHuffPost, publié le mardi 25 avril 2017 à 15h24

Qualifiée pour le second tour de la présidentielle, la présidente du Front national (FN) s'est retrouvée face à des opposants au pavillon des fruits, au marché de Rungis.

Tout avait pourtant bien commencé. Ce 25 avril au matin, deux jours à peine après sa qualification pour le second tour de l'élection présidentielle, une première pour elle, 15 ans après son père, Marine Le Pen poursuivait sa campagne en se rendant au marché alimentaire de Rungis.



Face aux producteurs, celle qui vient d'annoncer son retrait de la présidence du Front national voulait notamment s'en prendre à "l'ouverture totale" prônée par l'autre finaliste, Emmanuel Macron. Mais arrivée dans la halle des fruits, Marine Le Pen a soudain dû faire face à de nombreux sifflets et à des klaxons.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
306 commentaires - Marine Le Pen huée lors de sa visite au marché de Rungis
  • dorenavant zero fruits et legumes par jour !

  • desinformation comme pour la corse et la rénion lors des son passage
    selon les dires des médias elle etait huée (seulement un ou 2 individus en réalité)
    par contre les resultats des votes pour ces 2 departements eux ne mentent pas

    Vous avez raison Vivarais : il s'agissait de huées de joie !

  • les grossistes ne sont pas dupes , mde lepen remis à sa place

  • Normal, vu le pourcentage d'ouvriers français....

    .

  • Quel accueil !
    Mais elle oublie une chose, ou veut l'ignorer, c'est que si elle limite voire interdit les entrées de certains produits, d'autres pays peuvent faire pareil .. logique, non ?
    Hors notre agriculture exporte ... beaucoup ! Donc la marge de manoeuvre est étroite et ne peut s'accommoder d'amateurisme, ni d'idéalisme !